9/10Superdupont

/ Critique - écrit par riffhifi, le 25/06/2008
Notre verdict : 9/10 - Super, du bon ! (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 5 minute(s) - 8 réactions

Superdupont, le seul super-héros 100% français, a vu le jour il y a plus de 35 ans. A l'heure où il fait son come-back (pardon, son retour !) en librairie, il est temps de se rappeler qui est ce personnage atypique, qui fit parler de lui... parfois contre son gré.

La naissance de Superdupont est un cas d'école, une illustration idéale de la théorie de l'idéosphère (qui n'avait pas encore été formulée à l'époque). En 1972, Gotlib vient juste de créer l'Echo des Savanes en compagnie de Claire Brétécher et Nikita Mandryka ; sa nouvelle activité de rédacteur en chef ne l'empêche pas de continuer la Rubrique-à-brac pour Pilote, ni d'avoir de nouvelles idées fracassantes, comme celle d'un super-héros 100% français, qui porterait un béret et s'appellerait Superdupont. Tout excité par sa trouvaille, il en fait part à Mandryka... qui hausse les épaules en lui annonçant que Jacques Lob travaille exactement sur le même projet. Interloqué, Gotlib s'en va parler à Lob, qui s'avère avoir eu exactement la même idée au même moment ! Les deux hommes trouvent logiquement un arrangement : ils travailleront ensemble, Lob étant scénariste et Gotlib dessinateur. Le personnage apparaît pour la première fois dans la Rubrique-à-brac, et migre par la suite dans le nouveau magazine de Gotlib, le désormais Vu par Gotlib
Vu par Gotlib
célèbre Fluide Glacial. Rapidement débordé par ses multiples activités, Gotlib s'associe à Lob pour écrire le scénario, et cède le dessin à Alexis. Malheureusement, celui-ci meurt d'une rupture d'anévrisme le 7 septembre 1977 à 31 ans, après avoir signé l'équivalent d'un album. Le flambeau est repris par Jean Solé, qui restera l'artiste officiel de Superdupont mais cèdera occasionnellement sa place à d'autres dessinateurs.

Bien que le binôme de scénaristes reste inchangé, le personnage adopte différents tons selon le dessinateur qui lui donne vie : lorsque Gotlib s'y colle, Superdupont est une caricature hilarante, un beauf grassouillet, grossier, gueulard, aviné, roublard et grimacier ; sous le crayon d'Alexis, qui manie le dessin humoristique avec une bonne dose de réalisme, Superdupont a de la classe, un panache qui contraste avec son costume de pignouf et son attitude chauvine pleine de mesquinerie ; et sous le règne de Solé, il devient une sorte de Bérurier noueux dont le super-héroïsme sent le camembert de l'an dernier. Chacun des trois dessinateurs a bâti la personnalité du super-Français, de la même façon que les dessinateurs successifs de Superman ont construit le mythe de l'homme de fer. Néanmoins, Vu par Alexis
Vu par Alexis
c'est sur un dessin de Goossens que l'on découvre les origines du héros, dans Naissance d'un surhomme (tome 4 : Oui nide iou). Il serait le fils du Soldat Inconnu, et sa métamorphose en Superdupont serait survenue après s'être inséré en suppositoire une balle roulée dans la boue de Verdun...

Du côté des intrigues, on nage dans l'absurdité la plus totale. Qu'il s'agisse de restaurer le rayonnement de la France à l'étranger (mesuré par satellite !) ou de mettre fin à un trafic de camembert contrefaits, Superdupont se retrouve régulièrement confronté à la même organisation criminelle démoniaque : l'Antifrance. Composée d'étrangers qui s'expriment dans une langue que l'on considèrera comme étant « l'étranger » (« Nix encore tiendre mir, pig Frantsouze ! » ou encore « Mais je avoir oun altro idée bien much meilleure ! »), elle fomente des plans diaboliques pour nuire à notre beau pays. Tout ceci est bien évidemment à prendre, conformément à la devise de Fluide Glacial, avec un sain esprit de dérision et d'humour (ce qui ne sera malheureusement pas forcément le cas, comme on le verra un peu plus loin).

Vu par Solé
Vu par Solé
Un personnage aussi tonitruant était apparemment destiné à s'extirper de son support papier d'origine. Néanmoins, bien que Coluche se soit intéressé dès sa création à l'idée de jouer le rôle au cinéma, seul deux téléfilms de 1979 (à l'exécrable réputation) et une pièce de théâtre signée Jérôme Savary en 1983 (avec Alice Sapritch en Marianne) virent le jour. Plusieurs ébauches de scénarios furent pourtant écrites en vue d'une production cinématographique importante ; le nom de Gérard Krawczyk fut associé à la réalisation (bien avant la triste époque des Taxi) ; Michel Serrault et Gérard Jugnot furent en lice pour jouer le rôle ; Claude Berri était prêt à produire le tout. Mais le projet tomba à l'eau, faute de moyens, de conviction ou de chance. Heureusement, rien n'est jamais perdu tant qu'il reste des gens pour y croire...

De 1975 à 1983, Superdupont est une star dans les pages de Fluide ; un numéro spécial lui est même consacré, dans lequel s'expriment les crayons de Mézières, Bilal, Franquin, Edika, Tardi, Pétillon, Cabu, et d'autres noms XL de la bande dessinée dont la liste serait trop longue à dresser ici. Pourtant, en 1984, un fâcheux événement va provoquer une violente réaction de Gotlib et Lob : Jean-Marie Le Pen, dont le parti se targue de représenter l'Hexagone mieux que les autres, s'empare du personnage dans un de ses discours. Le choix des auteurs se comprend aisément : ils arrêtent instantanément la série, et refusent même de publier le cinquième album, Les âmes noires, qui n'atteindra les librairies qu'en 1995, une fois l'orage passé (on y trouvera également l'ultime histoire dessinée par
Alexis, qui fut terminée après la mort de ce dernier par Gotlib lui-même).
Yves Frémion, dans la prestigieuse édition Rombaldi de 1987 (quasiment introuvable aujourd'hui, même Indiana Jones a galéré pour trouver son exemplaire - dont la place est dans un musée), revient sur les évènements fatidiques : « A force de se moquer des Dupont-la-Joie, ils se vengent. Un jour, tout à fait au premier degré (serait-il capable d'un deuxième ?), un grand leader du fascisme français proclama en pleine campagne électorale que lui et ses supporters étaient les « superduponts » qui allaient libérer les Français de la dictature démocrate. Comment continuer au second degré après ça ?
Si la sottise se proclame fière de sa sottise (y avait un autre mot sur mon brouillon), comment continuer à en rire ? Superdupont s'est donc endormi sous sa flamme éternelle, par pure volonté de ses créateurs. Repose en paix jusqu'à ta résurrection prochaine ! »

Cette résurrection, elle aura lieu fin 2006, lorsque Lefred-Thouron propose à Gotlib de relancer la carrière du héros, partant du principe (audacieux mais optimiste) que le temps rend les gens moins cons. Ce qui est souvent faux à l'échelle d'un individu, mais peut s'avérer vrai à celui de la société. Quoique...


Liste des albums (mise à jour au 25 juin 2008) :

Tome 1 - Superdupont (1977)
Tome 2 - Amour & forfaiture (1980)
Tome 3 - Opération camembert (1983)
Tome 4 - Oui nide iou (1983)
Tome 5 - Les âmes noires (1995)
Tome 6 - Superdupont pourchasse l'ignoble ! (2008)

A découvrir
Joe Bar Team
Joe Bar Team
Joe Bar Team
Joe Bar Team
Sambre
Sambre