6/10Quintett - 4ème mouvement - Histoire de Nafsika Vasli

/ Critique - écrit par iscarioth, le 28/09/2006
Notre verdict : 6/10 - Nafsika Vieilli (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Ce quatrième mouvement se place bien en dessous des trois premiers, avec moins de ramifications et un intérêt faible pour le personnage de Nafsika.

Quintett, un projet mené par Frank Giroud pour cinq dessinateurs différents, ayant pour mission de retranscrire, avec leurs propres identités graphiques, une même histoire, mais vue de cinq points différents. Celui de quatre témoins/acteurs : Dora Mars, Alban Méric, Elias Cohen et Nafsika Vasli. Et, en point d'orgue, un cinquième tome censé dévoiler toute l'affaire, la vérité omnipotente.

Moindres croisements


Pour cet avant dernier tome, on explore donc la tranche de vie du quatrième et dernier personnage du Quintett : Nafsika Vasli. L'album se veut appétissant, puisque Nafsika est le personnage à propos duquel on connaît finalement le moins de choses, à la lecture des autres albums. Dans le deuxième mouvement (Alban Méric), le lecteur s'enrichissait de la multiplicité des points de vue, avec Dora Mars et Alban Méric dont les routes se croisaient, et qui portaient des jugement de valeur tranchants l'un sur l'autre. On a pu ensuite découvrir les raisons profondes des divergences décisionnaires entre certains personnages. L'histoire de Nafsika Vasli est finalement l'épisode le plus léger en croisements. Hormis un passage introductif à l'auberge où les personnages défilent et où l'histoire s'échauffe dans le but de bien remettre l'ensemble des éléments en tête des lecteurs, on retrouve peu d'éléments des autres albums. Nafsika prend le maquis, tente de protéger son compagnon qui mène une opération de piraterie. Si l'on retrouve des fils tressés dans les précédents opus, il n'y a pas ou peu d'interactions réelles entre la vie des trois premiers protagonistes et celle de Nafsika, relativement indépendante. On relève juste quelques croisements qui font plus l'effet de clins d'oeil que de véritables virages narratifs (la famille de Takis, l'arrivée d'Alban Méric).

T'as d'beaux yeux, tu sais ?


Passons outre. Ce quatrième mouvement est peut être moins relié aux autres que le sont les trois premiers entre eux, cela n'empêche pas une histoire de qualité. Le premier mouvement a impressionné pour ses qualités graphiques, le second pour son histoire de chantage et pour avoir touché au thème de l'homosexualité. Le troisième mouvement, enfin, soulevait la question de la maltraitance des femmes. Chaque album possède donc un épicentre émotif fort, qui tombe à plat avec ce quatrième mouvement. L'histoire de Nafsika Vasli est un récit plutôt classique de vengeance. L'histoire d'amour présentée est terriblement guimauve, les dialogues sont à la limite du supportable (« La colline où nous nous sommes juré un amour éternel... Et maintenant ? M'aimes-tu autant qu'alors ? »). Le dialogue introduisant le couple (pages 11-12) est l'un des plus gnan-gnan jamais concocté sur le thème (figures de style pompeuses, gestuelle accentuée, regards de braise...).

Kraehn comme un autre


Pour autant, Frank Giroud n'a pas désappris à scénariser. Malgré cette histoire d'amour et de vengeance clichée, malgré un final des plus prévisibles, le scénario tient la route, le rythme de lecture est bon, les transitions se font sans aucun problème. Coté dessin, on attendait bien plus du dessinateur de Bout d'homme. Jean-Charles Kraehn est un dessinateur marquant, qui sait générer des ambiances ténébreuses et qui brille tout particulièrement dans la composition des visages, souvent glaçants. Sur ce Quatrième mouvement, on le voit réaliser un travail de commande sans saveur, des planches que bien d'autres dessinateurs auraient pu réaliser à l'identique. On espérait bien mieux.


Ce quatrième mouvement se place bien en dessous des trois premiers, avec moins de ramifications et un intérêt faible pour le personnage de Nafsika (histoire d'amour et de vengeance guimauve et rabâchée). La faiblesse du quatrième opus n'entache cependant en rien la qualité et l'ampleur du projet déployé par Giroud avec Quintett. Le suspense reste entier. Espérons que le cinquième album, celui de la révélation, soit de très haute volée pour fixer une bonne fois pour toute Quintett haut dans notre estime et nous faire oublier la dépréciation du quatrième volet.

A découvrir
Sambre
Sambre
Les Formidables aventures de Lapinot - Tomes 1, 2, 3, 4 et 6
Les Formidables aventures de Lapinot - Tomes 1, 2, 3, 4 et 6
V pour Vendetta
V pour Vendetta