ATTENTION : CONTENU RESERVE A UN PUBLIC AVERTI

Les images et textes à caractère érotique, pornographique ou violent contenus dans cette page peuvent choquer certaines sensibilités. En consultant cette page, vous attestez être majeur au regard de la loi française et vous prenez vos responsabilités par rapport à son contenu.

CONSULTER QUITTER

3/10Pour la peau

/ Critique - écrit par Maixent, le 16/12/2018
Notre verdict : 3/10 - Passion de glace (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Adultère et interdits.

Mathilde et Gabriel baisent. Sans un mot ou presque.  Ils se retrouvent une fois par semaine dans le bureau de Camille. Pas de SMS. Pas de sorties. Pas de détails. L’espace d’un instant plus rien n’existe que l’exultation des corps.


Seul

 

Dans ce roman graphique alternant les points de vue de l’un et l’autre des protagonistes, on pourra suivre les doutes et les angoisses de chacun. Mais aussi cette passion primitive qui les lie indéfectiblement l’un à l’autre. Ils travaillent dans le même immeuble, ou presque. A l’occasion d’une fête, une pulsion incontrôlable. Echapper au monde  à la va-vite. Baiser entre deux portes. Et puis le frisson de l’interdit. Quelque chose qui va au-delà du simple plaisir. Mathilde retrouve Luc, mais plus rien n’est comme avant. Marquée à jamais au fond de sa chair par une excitation inconnue. Gabriel est emporté par la passion également. La guettant à chaque instant. Une obsession qui ne cesse de grandir. Gabriel aussi à quelqu’un dans sa vie. Mais ce besoin frénétique de posséder l’autre. Ses lèvres. Son sexe. Tout son corps. Rien ne peut l’empêcher. A part peut-être un test de grossesse positif qui oblige à se questionner sur tout cela…
A trois

 

Roman graphique faisant la part belle à la recherche de style, avec un jeu subtil de couleurs froides et de crayonnés, Pour la Peau est un très bel ouvrage d’un ennui indicible. Pas un seul sourire de la part de Mathilde et Gabriel sensés vivre l’aventure la plus extrême de leur vie. Perdus dans un monde normatif et froid, leur passion n’est que tristesse. Le sexe est ce qu’ils ont de mieux mais ne semble qu’un pâle dérivatif à une vie d’une morosité extrême. On est loin de toutes ces passions dévorantes, d’Orphée et Eurydice à Intimité de Patrice Chéreau en passant par Tristan et Iseult. Peu de chances que Mathilde et Gabriel deviennent le nouveau couple emblématique de notre siècle. A moins que celui-ci ne soit exempté de folie amoureuse ? En ressort une histoire banale à pleurer, presque vide de sens, qui n’embarque le lecteur à aucun moment. On ne comprend pas pourquoi cet amour est  impossible, pourquoi ils se prennent la tête pour essayer de donner un sens à ce qu’ils vivent. Au final, le seul intérêt de leur passion, c’est l’adultère, l’interdit, mais même ça, c’est fabriqué et vain.

Récit vide au principe de mettre en avant les choses simples de la vie, on est loin de la douceur d’Un homme qui marche, le célèbre manga de Taniguchi ou de la violence des sentiments dans True Romance. On se situe dans une entre deux sans consistance et si Mathilde et Gabriel se font plaisir, ils sont loin de communiquer leur extase.

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse