On ne plaisante pas avec Tintin

/ Actualité - écrit par riffhifi, le 23/11/2007

Temps de lecture estimé de l'article : 1 minute(s) - 27 réactions

Ce n'est un secret pour personne, la société Moulinsart détenue par la veuve de Hergé est dépourvue de toute souplesse et ne possède pas un gramme d'humour dès qu'il s'agit du personnage de Tintin.

Ainsi, jeudi 22 novembre, un employé SNCF de Nantes (qui pour le coup n'aurait plus besoin de reprendre le boulot après la grève) s'est vu sur les bancs du tribunal correctionnel, où l'avocate de Moulinsart, Me Claude Prévot, a requis une peine de un à deux mois de prison avec sursis, et 35 000 euros de dommages et intérêts, pour avoir vendu sur Internet 200 aventures factices du reporter. Selon l'accusé, il s'agirait de parodies trouvées aux puces ou sur Internet depuis de nombreuses années, qu'il aurait compilées et reprographiées pour les diffuser aux fans. L'opération lui aurait rapporté la somme pharaonique de 1000 euros entre 2000 et 2006 (le gangster !).

Maître Prévot a assené à l'audience : "Ce n'est pas parce que Tintin est rentré dans l'inconscient collectif qu'il fait partie du patrimoine collectif" et "on ne badine pas avec Tintin". On le saura.

Pour se bidonner un peu, on ira consulter la page de la société Moulinsart qui définit les conditions d'utlisation de l'image de Tintin. Ou quand le maintien du respect de la propriété intellectuelle vire à la paranoïa conservatrice. Quand on en vient à requérir la prison contre un fan un peu trop zélé, 25 ans après la mort de l'auteur, une limite a peut-être été franchie...

A découvrir
Sambre
Sambre
V pour Vendetta
V pour Vendetta
Caste des Méta-Barons (La)
Caste des Méta-Barons (La)