ATTENTION : CONTENU RESERVE A UN PUBLIC AVERTI

Les images et textes à caractère érotique, pornographique ou violent contenus dans cette page peuvent choquer certaines sensibilités. En consultant cette page, vous attestez être majeur au regard de la loi française et vous prenez vos responsabilités par rapport à son contenu.

CONSULTER QUITTER

8.5/10Les Petites vicieuses - Tome 2 - Secrets de copines

/ Critique - écrit par Maixent, le 05/07/2008
Notre verdict : 8.5/10 - Les chambres des secrets (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Souvent, le 2 est le pire épisode d'une trilogie, mais les petites vicieuses font rarement comme tout le monde et gardent une ligne directrice de qualité. Toujours réservé à un public très averti.

Alors que le premier opus enchaînait les récits sans liens apparents, le scénario est ici plus étudié. Certaines filles réapparaissent au cours des histoires, donnant un fil conducteur à l’ensemble de l’album. Transparaît dans ce tome-ci plus de légèreté. Ici, aucune fille ne se retrouve coincée avec une pine de cochon ou mangée dans un restaurant par des amateurs de viande humaine. Le récit est plus badin, les filles se lançant des défis entre l’amitié et le coup de pute (au sens propre) ou organisant des soirées pyjama durant lesquelles elles confient leurs secrets les plus intimes. Mais ce sont toujours les petites vicieuses et on a maintenant compris les ficelles, donc on reste sur nos gardes. On sait que plus elles ont l’air sages, plus les révélations seront torrides.

Ainsi, pendant tout le récit, nous suivons avec plaisir les tribulations de Rosa et Marga, la blonde et la brune, entrecoupées de petites scènes annexes, leurs copines n’étant pas en reste. Un sympathique petit troquet
Un sympathique petit troquet

Après un pari perdu, Rosa se retrouve être l’esclave de Marga pendant une semaine, ce qui la mènera à la situation embarrassante, dont elle se sort avec brio, de se retrouver nue en pleine rue, poursuivie par une horde de jeunes mâles en rut passablement éméchés. On les retrouvera ensuite en boîte, ou plus précisément dans les toilettes d’une boîte, avant de finir en compagnie de joyeux bikers tatoués qu’elles initieront aux joies des sports collectifs, prouvant qu’être une Coyote Girl, ce n’est pas la version insipide que l’on a pu voir il y a quelques années au cinéma.

Entre temps, Julia que l’on avait déjà vue dans le tome 1, Premiers émois, pratiquant allégrement le sexe inter-ethnique, se voit embarquer malgré elle dans un réseau De gentils garçons se préparant à un entraînement d'athlétisme
De gentils garçons se préparant
à un entraînement d'athlétisme
de prostitution des plus glauque ; Eva découvre l’amour avec le mongolien du magasin de disques et  Sonia a trouvé un terrain favorable pour assouvir sa passion en devenant dame-pipi dans un jardin public.

Toutes ces historiettes croustillantes étant traitées avec la même verve mêlant humour, stupre décadent et plaisir, mais sans oublier le côté plus lugubre des choses et dénonçant le sexe tarifé et les hommes d’affaires malades à tendance pédophile.

Un passage à la couleur réussi donc pour ce second opus qui s’inscrit d’autant plus dans la lignée des grands de la bd érotique. On sent que les auteurs s’attachent de plus en plus à leurs gamines, Béa, la scénariste, est même devenue l’une de leur copine. Et figurez-vous qu’il y a un tome 3, mais il faudra attendre la semaine prochaine…

A découvrir
Joe Bar Team
Joe Bar Team
V pour Vendetta
V pour Vendetta
Sambre
Sambre