8/10Percy Jackson - Le voleur de foudre : des débuts électriques !

/ Critique - écrit par Canette Ultra, le 11/05/2011
Notre verdict : 8/10 - C'est toujours meilleur avec du Percy ! (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Percy Jackson, après une adaptation ciné peu marquante, retente sa chance. Ce coup-ci, c'est en bande dessinée et il faut avouer que nous n'avons pas boudé notre plaisir. Adaptation moins niaise et dessin avenant, il fallait au moins ça pour redonner le sourire aux Olympiens, offensés par les travaux précédents.

Percy Jackson est un jeune héros qui fait parler de lui. Ainsi, le personnage de Riordan s’offre à nous en bande dessinée après avoir été décliné en film. Jusqu’alors, les livres (sans images) étaient son domaine et le fils de Poséidon peuplait l’imaginaire des jeunes lecteurs au même titre qu’un jeune magicien en son temps. Si la réalisation d’un film se démarque par des choix qui divergent souvent de la version originale, ce constat était frappant pour Percy Jackson. Le résultat final de cette adaptation n’était, il faut l’avouer, pas terrible : scénario niaiseux, séquences inutiles. Une lourde tâche de réhabilitation pèse donc sur les épaules des éditions 12bis et sur ses auteurs. Ainsi, deux hommes se sont lancés dans cette quête : Robert Venditti (scénariste) et Attila Futaki (dessinateur). Si ces noms ne sont pas les plus connus, leur talent ne demande qu’à s’exprimer. L’œuvre de Riordan va-t-elle retrouver ses lettres de noblesse ?


Il est poli en plus !
L’intrigue reprend donc la base du roman, à savoir que Percy Jackson est un adolescent dyslexique qui n’a pas beaucoup d’amis et qui vit avec sa mère en compagnie d’un beau-père infect. Il apprend un jour qu’il est le fils de Poséidon, et qu’il doit se cacher dans un camp spécial peuplé d’autres demi-dieux. Il devra ensuite retrouver l’éclair de Zeus avant qu’une guerre éclate. A partir de ce postulat, Venditti va nous proposer un travail moins « cul-cul ». Ainsi Percy a 17 ans au lieu de 12 ans. Ce changement permet de rendre le héros plus torturé puisqu’il cherche sa place depuis plus longtemps. De plus, cet âge justifie de façon plus crédible son duel avec Arès. En effet, même en étant le fils du dieu de la mer, il est difficile de vaincre le dieu de la guerre lorsque ce dernier vous défie (même en étant dans l’eau). De plus, lorsque Percy se rend à Las Vegas, il a moins l’air suspect du haut de ses 17 ans. Venditti va s’attacher à restituer au maximum les aventures originales mais il ne sacrifiera pas le rythme et le ton de sa vision du héros. Ainsi, il met de côté la partie sur Méduse mais cela lui donne l’occasion de renforcer la dimension humaine entre Percy et sa mère. De plus, l’équilibre entre le monde des mythes et celui de la réalité classique est davantage expliqué et justifié. Par conséquent, cet album est une adaptation plus mature que l’originale et qui dispose d’un rythme plaisant. Par ailleurs, il est intéressant de voir que Percy n’est qu’un débutant puisque sa quête ne fait pas de lui un personnage surpuissant. Au contraire, Percy doit composer avec des forces qui le dépassent et il doit donc veiller à connaître sa place.


File dans ta chambre !
Une bonne vision des choses est également nécessaire côté graphique. Ici, le talent de Futaki entre en scène. Le style de l’artiste lui permet de présenter les émotions des personnages sous une palette plutôt riche. De plus, l’eau est un élément que maîtrise parfaitement le dessinateur. Ces deux points permettent d’illustrer les aventures de Percy sous un angle dynamique fort appréciable. Au passage, l’alchimie entre le trio de héros sera parfaitement restituée. Au travers des dessins et des dialogues, nous découvrirons un groupe solide mais également une équipe aux personnalités bien marquées.

Cet album est ainsi une adaptation réussi des aventures de Percy Jackson. Les puristes seront certes surpris des changements mais ces derniers s’intègrent parfaitement avec l’univers de base développé par Riordan.


La plume, plus forte que l'épée ?

A découvrir
Les Formidables aventures de Lapinot - Tomes 1, 2, 3, 4 et 6
Les Formidables aventures de Lapinot - Tomes 1, 2, 3, 4 et 6
V pour Vendetta
V pour Vendetta
Sambre
Sambre