8.5/10Pauvre Lampil, l'intégrale !

/ Critique - écrit par plienard, le 05/10/2011
Notre verdict : 8.5/10 - La série maudite (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Plutôt que de chercher après sept albums chez les brocanteurs, les éditions Dupuis vous propose leur réunion dans une intégrale des plus drôles. À ne pas rater ! ....

Une intégrale des albums de Raoul Cauvin et Willy Lambillote, alias lambil, vient de paraître aux éditions Dupuis.
Ils tirent la couverture à eux.
Chouette, vous allez dire, une intégrale des Tuniques bleues. Eh bien non, le recueil en question regroupe l’intégralité des albums de la même série, la série « maudite » du journal de Spirou : Pauvre Lampil.

Nés en 1973, dans la rubrique « Carte Blanche », du journal de Spirou – une rubrique qui va voir passer des noms pas encore célèbres comme Yann, Bernard Hislaire, Dodier, Bercovici ... – les premiers gags furent tellement plébiscités qu’ils furent sortis de la rubrique. Si le succès est au rendez-vous chez les lecteurs du journal, étrangement il n’en sera pas de même pour les albums. La faute à un manque de publicité lors des sorties et à un rythme de parution chaotique (trois albums entre 1977 et 1980, puis quatre entre 1984 et 1995).

Pourtant la qualité des auteurs et des gags n’est pas en cause. L’originalité de la série – mettre en scène les malheurs d’un dessinateur – n’est pas seulement tirée de l’imagination débridée des deux complices. Ils sont « presque » autobiographiques (la frontière entre la réalité et l’imaginaire étant difficile à définir avec des auteurs comme ceux-là).


DR.
Mettant en scène le dessinateur Lampil (a une lettre près, c’est Lambil) hypocondriaque, neurasthénique, de mauvaise foi, soupe-au-lait,  on suit ses coups de gueule avec délectation, se demandant ce qu’il va bien pouvoir encore inventer pour pousser sa gueulante. Les oppositions avec le boucher sont parmi les plus drôles, les engueulades avec son scénariste les plus ahurissantes. Sa femme, le pharmacien, madame Cauvin, le coiffeur sont les victimes ou les bourreaux de Lampil. On peut remarquer que seul le nom de Lampil (Lambil) est inventé. Car tous les personnages concernant les éditions Dupuis sont réels : Cauvin, Mr Dupuis, Fournier, Walthéry ... auront droit à faire partie de l’aventure, au moins une fois. On peut d’ailleurs se demander si ces disputes inventées ne sont pas à l’origine d’une brouille de plusieurs années entre le dessinateur et le scénariste, même si les tuniques bleues n’en ont pas pâti.

Très sarcastique, d’une grande acidité parfois, Pauvre Lampil est bourré d’humour au second degré. Il aura fallu en tout cas un sens de la dérision extrêmement développé pour tous les personnages croqués. Cette intégrale recueille les sept albums, s’il vous plait ! Un petit bijou que les collectionneurs et les amateurs se doivent d’avoir.


DR.

A découvrir
Sambre
Sambre
Tuniques bleues (Les)
Tuniques bleues (Les)
V pour Vendetta
V pour Vendetta