8/10La Patrouille des castors - intégrale n°2

/ Critique - écrit par plienard, le 24/10/2011
Notre verdict : 8/10 - Du Tacq au taquet (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 4 minute(s) - laisser un commentaire

La deuxième intégrale de La patrouille des castors sonnent comme un révélateur de la qualité des histoires et des dessins de cette série. Et si c'est l'époque où les scénaristes font valoir leur droit auprès des éditeurs, Jean-Michel Charlier a le mérite de ne pas mélanger les affaires et le travail.

Grâce aux intégrales Dupuis, on (re-)découvre de vrais trésors de la bande dessinée. Série phare du Journal de Spirou pendant 40 ans, La patrouille des castors fait partie de ces trésors. Si on pouvait penser qu’elle était désuète à notre époque à cause de ses couleurs et de ses héros – qui oserait encore utiliser un groupe de scouts, catholiques, comme héros de ses histoires ? – ce serait aller un peu vite en besogne. Faisons alors une petite rétrospective nostalgique.


La couverture de l'intégrale.
La bouteille à la mer

paru dans le journal de Spirou entre le 06 Juin 1957 et le 05 Décembre 1957, paru en album en 1959

Nos cinq scouts préférés, Poulain, Chat, Mouche, Tapir et Faucon, sont en vacances au bord de la mer, sur la côte Basque. Au cours d’une sortie en mer, Tapir trouve une bouteille contenant un message à l’intérieur. C’est un S.O.S. indiquant les coordonnées où se trouverait une expédition censée avoir perdue corps et âmes quelques mois plus tôt. Et malgré les nombreux témoignages précisant la mort des membres de l’expédition, les castors font appel à leur réseau international pour se rendre sur place.

Des naufragés, une expédition de secours, une affaire d’espionnage, Charlier a l’imagination fertile et avec son dessinateur, Mitacq (Michel Tacq), ils nous emmènent du pays basque en Norvège ainsi qu’en Esturie et en Westlande. Deux pays qui ne sont pas sans rappeler la Syldavie et la Bordurie. Si le graphisme fait irrémédiablement penser à Tintin, le poids de l’actualité influence apparemment les auteurs. La guerre froide, les espions sont des sujets intéressants et très crédibles.

 

Le trophée de Rochecombe

paru dans le journal de Spirou entre le 20 Février 1958 et le 07 Décembre 1958, paru en album en 1960

En vacances à Rochecombe, les castors tombent sur Frédé et sa bande en train d’organiser un combat de coqs. S’en est trop pour ces défenseurs des animaux qui proposent de racheter les volailles après une bagarre entre Poulain et Frédé (eh oui, on ne résout rien par la violence). Après ce premier contact avec la population locale, les scouts organisent leur camp dans une clairière près d’un château en ruine. Mais, visiblement, ils ne sont pas les bienvenus et un mystérieux chacal se met à les menacer par l’intermédiaire de lettres anonymes.

Charlier a l’art de mélanger les intrigues sans en l’avoir l’air, entremêlant les histoires sans en compliquer la compréhension et sans surcharger les événements. Histoire purement scout que celle-ci, où les B.A. (Bonnes Actions) s’enchaînent au rythme de la vie à la campagne et de leurs aventures. C’est peut-être le seul point rétrograde du récit.

 

Monts Tabou


La gourmandise est un vilain défaut.
paru dans le journal de Spirou entre le 08 Janvier 1959 et le 03 Septembre 1959, paru en album en 1961

Un grave dilemme embête les castors : où vont-ils passer leurs prochaines vacances ? À la mer ? À la montagne ? Dans le Périgord ? Près d’une centrale nucléaire ? En stage de spéléologie ? Le problème sera résolu lorsque Marcel M’bidola, un ami scout rencontré lors d’un jamborée (grand rassemblement scout international), les invite à camper chez lui en Afrique. Les jeunes gens vont alors vivre des aventures dignes des récits de Rudyard Kipling.

Cette extraordinaire aventure exotique nous emmène sur les traces de grands explorateurs dans un pays où l’imaginaire marche à plein. Et si l’histoire a plus de cinquante ans, elle fonctionne encore et on se prend à rêver aux mines du roi Salomon.

 

Le hameau englouti


DR.
paru dans le journal de Spirou entre le 10 Septembre 1959 et le 17 Mars 1960, paru en album en 1961

Le club des cinq scouts est de retour à Rochecombe où ils vont encore y passer leurs vacances. Cette fois, c’est un événement exceptionnel auquel ils veulent assister. Un barrage a été construit et le hameau de Bellecombe va être englouti d’ici quelques jours. Mais décidément la région est particulièrement agitée. Un pauvre berger crie sa malédiction à qui veut l’entendre. Et les scouts sont évidemment de ceux-là. Les voilà, alors, embarqués dans une histoire de meurtre.

L’actualité est souvent une source importante pour les scénaristes. C’est ici encore le cas, où avec comme point de départ l’engloutissement de Tignes et suite à l’idée de Mitacq, Jean-Michel Charlier va en faire une extraordinaire histoire policière où nos jeunes héros vont faire preuve d’un courage sans limite.

 

Les classiques ne prennent pas une ride. Et si Totor, l’ancêtre scout de Tintin, n’aura pas me succès de son descendant, ces cinq-là sont d’une toute autre trempe. Intelligents, courageux, débrouillards, ils ont tout pour charmer les adolescents du Journal de Spirou de l’époque, mais aussi de maintenant.


DR.

A découvrir
V pour Vendetta
V pour Vendetta
Les Formidables aventures de Lapinot - Tomes 1, 2, 3, 4 et 6
Les Formidables aventures de Lapinot - Tomes 1, 2, 3, 4 et 6
Sambre
Sambre