ATTENTION : CONTENU RESERVE A UN PUBLIC AVERTI

Les images et textes à caractère érotique, pornographique ou violent contenus dans cette page peuvent choquer certaines sensibilités. En consultant cette page, vous attestez être majeur au regard de la loi française et vous prenez vos responsabilités par rapport à son contenu.

CONSULTER QUITTER

4/10Parfum de Printemps

/ Critique - écrit par Maixent, le 15/10/2013
Notre verdict : 4/10 - Jeunes filles en fleur (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

On entame la journée avec cet album érotique dont la couverture est évocatrice de sa qualité.

Parfum de printemps ce sont 5 histoires courtes mettant en scène des émois adolescents ou de jeunes adultes avec toujours un brin d’humour et de fantaisie. Sur un ton badin et léger, Ikna nous emmène à suivre les aventures de ses personnages, comme une ballade tranquille dans le monde de l’érotisme.


Le premier choc lorsque l’on ouvre l’album est cette escroquerie visuelle propre souvent aux comics et aux mangas. Le dessin de couverture, de même que celui ouvrant chaque histoire n’est pas du tout de la même qualité que celui du reste de l’album. Alors que  les pleines pages sont super sympa, avec une composition graphique assistée par ordinateur, des poses travaillées et des jeunes filles hyper-réalistes au sourire mutin et au physique aguicheur, les autres planches sont bâclées et si ce n’est les petits traits d’humour de l’auteur il n’y aurait rien à sauver. En effet, le dessin  n’est pas maîtrisé, avec des traits brouillons et inutiles, des proportions à la va-vite et des dégradés ou des aplats étalés à la truelle.

Si la dernière histoire est un peu cœur d’artichaut et surtout facile, une planche pour chaque fille que saute le narrateur pour finalement dire que ce qu’il y a de plus beau c’est une histoire d’amour hétéro-normée , les autres sont un peu plus originales même si elles ne révolutionnent pas le genre. Dans la première
Parle à mon vagin
histoire des ados rêvent d’une jeune fille aux cheveux roses qui se révèle lesbienne. Dans la seconde, une allemande blonde et généreusement pourvue par la nature est bien décidée à s’envoyer en l’air au détriment de la «grosse cochonne » locale. La troisième est un pur  fantasme, réalisable mais assez improbable, de deux vendeuses aidant d’une façon bien particulière un client dans une cabine d’essayage. Enfin, la quatrième est plus excentrique et métaphorique,  les organes sexuels d’une jeune fille se mettant à lui parler à la puberté.

Un dessin pas très bon. Des histoires sympathiques mais sans grande originalité. Une paresse évidente de l’auteur, capable de dessins de qualité et se contentant d’à peu près, quelques poncifs. Au final, le mieux c’est de découper les dessins pleine page pour en faire de super posters à la fois sexy et girly.

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse