4/10Out there - tome 2

/ Critique - écrit par Maixent, le 03/03/2014
Notre verdict : 4/10 - Les 4 as contre les créatures démoniaques (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - 1 réaction

Les enfants tentent de sauver le monde

El Dorado City n’existe plus. Rasée  par le démoniaque Draedalus, sorcier issu d’une autre dimension. Dans un bus scolaire, accompagnés du révérend Becky et du taciturne géant, Abel, les quatre adolescents qui ont pu échapper in extremis à la tempête ayant fait disparaitre la ville,  Casey, Jessica, Mark et Zach se dirigent maintenant vers Purgatory, une ville perdue dans le désert du Névada touchée elle aussi par le fléau.


Le méchant
Le pitch est assez simple. Quatre enfants pris dans la tourmente d’événements surnaturels qui révèlent chez eux des particularités hors du commun comme par exemple un don de guérisseuse pour Casey. Un grand méchant voulant dominer l’ensemble de l’univers. Et ces quatre enfants comme seuls capable de l’arrêter. S’en suit une sorte de road movie pour contrecarrer les plans de Draedelus pendant lequel les pouvoirs de chacun s’etoffent et les traumatismes se creusent. Des pérégrinations ésotériques et des difficultés de plus en plus dures à surmonter avec un monde en proie au mal pour retrouver leurs familles.

Le ton est volontairement didactique et enfantin avec une part d’horreur réelle mais atténuée, à l’image du dessin, tout en rondeur. En effet, il y a un côté lisse à l’ensemble, on vise clairement le public adolescent qui pourra s’identifier sans trop de problèmes aux personnages.On reconnait un réel travail de la part des auteurs avec une narration rythmée, un travail sur les graphismes rendant l’ensemble plutôt sympathique mais rien de vraiment novateur. C’est un album
Les 4 espoirs de sauver l'univers
abouti dans tous les sens du terme mais ne donnant pas réelle satisfaction. Peut-être est-ce ce sentiment de déjà vu, ou le manque d’un véritable enjeu  (sauver l’univers certes, mais la plupart des héros de comics le font), à moins que ce ne soit ce graphisme trop dessin animé mais on a du mal à y croire vraiment. Et si on s’attache au personnage le temps de la lecture, on oublie très vite qui ils étaient une fois le livre fermé.

Out there répond à des critères convenus de pop culture et le fait très bien, il est dommage que ça n’aille pas plus loin.

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse