7/10L'Ours et le petit garçon

/ Critique - écrit par iscarioth, le 15/11/2006
Notre verdict : 7/10 - Fabulous Fable (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

L'ours et le petit garçon, oeuvre essentiellement visuelle, sera à mettre à destination en priorité des enfants, pour qui le coté immersif sera sans doute plus fort. Une jolie fable.

Cinq minutes chrono. Ce n'est pas le nouveau record du monde du trois mille mètres haies, simplement le temps qu'il m'a fallu pour parcourir L'ours et le petit garçon. Non, je ne saute pas des pages ni ne lit en diagonales (bien que les droits du lecteur de Daniel Pennac me le permettent). J'ai juste parcouru cet album en ne faisant que regarder les images... Et pour cause... C'est un album muet !

Gregory Rogers est un illustrateur australien de prestige. The boy, the bear, the baron, the bard est l'un de ses ouvrages les plus reconnus, et c'est justement celui-ci qu'ont choisi les éditions Dargaud pour faire découvrir l'artiste pour la première fois au public français. L'histoire contée est celle d'un petit garçon qui shoote dans un ballon et casse une vitre. Pour récupérer sa balle, il pénètre dans le bâtiment, qui s'avère être un théâtre. Déambulant dans celui-ci, notre jeune homme, en passant le rideau, se retrouve projeté au travers du temps, cinq siècles dans le passé. Démarre alors une course poursuite. Le jeune garçon est poursuivit par un metteur en scène hirsute à travers tout Londres. Sur son chemin, notre ami libère un ours de sa cage et un baron d'une prison.

Les moments paisibles et ceux de précipitations se succèdent, comme dans toute oeuvre de course-poursuite bien agencée. Le trait de Rogers est fin et épuré (quelques simples formes pour l'intérieur des visages). L'auteur affectionne un certain gigantisme dans ses planches. L'album est au grand format, mais les lignes et colonnes ne se multiplient pas pour autant. On compte beaucoup de pleines pages panoramiques et un maximum est fait pour donner de l'aération aux planches. Par exemple, Rogers s'affranchit de temps à autres des cases en présentant ses personnages, en plan moyen, libres, déambulant à leur gré sur les pages, sans toutefois négliger le sens de lecture. Les couleurs sont très vives et chaudes, presque pastelles. On perçoit la technique de la couleur directe ainsi que des coups de crayon de bois volontairement non estompés.

L'ours et le petit garçon, oeuvre essentiellement visuelle, sera à mettre à destination en priorité des enfants, pour qui le coté immersif sera sans doute plus fort. Une jolie fable.

A découvrir
Sambre
Sambre
Les Formidables aventures de Lapinot - Tomes 1, 2, 3, 4 et 6
Les Formidables aventures de Lapinot - Tomes 1, 2, 3, 4 et 6
V pour Vendetta
V pour Vendetta