6.5/10Ogregod - Tome 1 - Les naufragés

/ Critique - écrit par plienard, le 17/11/2010
Notre verdict : 6.5/10 - Le futur selon Jodorowsky (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Une dictature, des oppressés, un monde futuriste et inhumain, les ingrédients préférés de Alejandro Jodorowsky sont présents pour refaire une nouvelle série avec Joran Janjetov. Ça va finir par devenir un classique.

Sur Okkar, la planète militaire, un événement d'importance se prépare. Une expédition spatiale expérimentale de deux mois va être envoyée à bord du Sloughi, avec les huit enfants des personnalités les plus importantes et les plus influentes de la planète. Il y a Brant fils de soldats hauts gradés, ordo fils de banquiers, les jumeaux obèses Web et Bew fils de magnats de l'industrie des aliments synthétiques, Dalah fille de fabricant d'armes, Baxte fille de la ministre de la propagande, Niphan fils de membres de la police secrète et Erwine fille unique du général dictateur Hizatte. Dans leur expédition, ils seront aidés par Otto 6, un robot instructeur et Zeland un quatrope seul capable de réparer le vaisseau en cas de problème.


Un vaisseau spatial, un robot instructeur, des dirigeants hypocrites, cruels et mégalomanes, de l'argent, du pouvoir, des ingrédients qui rappellent les célèbres séries de Alejandro Jodorowsky, La caste des métas barons, Les technopères ou en encore L'incal. L'auteur d'origine chilienne (on comprend mieux cette obsession pour les gouvernements militaires et dictatoriaux !) renoue donc avec des ambiances qu'il connaît bien. D'autant qu'au dessin, Joran Janjetov est de retour pour former la paire du best-seller Les technopères !

Forts de leur expérience, les deux auteurs nous présentent une bande dessinée classique (pour eux !). L'atmosphère y est sombre avec peu de couleurs claires. Le gris, le marron, le noir, le vert kaki, sont les couleurs qui prédominent. Seule la couleur bleue, couleur vive et chaleureuse, est présente et est portée par les quatropes.
Ce sont des quadrupèdes mi-hommes, mi-cheval avec la peau bleue qui semblent être l'espèce dont l'espoir peut venir. Car concernant les bipèdes, les hommes, rien de bon ne semble en sortir. Les auteurs nous décrivent une nation qui caricature clairement le régime nazi. Le drapeau symbolisé par une croix formée par deux bras, le signe de ralliement et d'allégeance à leur général avec un poing devant et un poing en l'air, et le dictateur petit, moustachu et militaire, tout contribue à faire penser à ce régime et à comprendre l'horreur qu'il doit représenter. En face, les esclaves quatropes apparaissent comme une allégorie du peuple juif.

Cet album est bien sur un album de présentation des personnages et de l'intrigue qui va se mettre en place. Et au milieu des horreurs, un espoir devrait apparaître. Si on peut s'inquiéter de revoir les mêmes ingrédients d'albums précédents, le charme opère et on s'insurge devant le comportement des enfants ou de leurs parents. Les mêmes causes produisent les mêmes effets. Alejandro Jodorowsky l'a bien compris et nous, on plonge toujours. On attendra cependant d'avoir lu le prochain tome avant de donner un avis positif et absolu.

A découvrir
Caste des Méta-Barons (La)
Caste des Méta-Barons (La)
Sambre
Sambre
Les Formidables aventures de Lapinot - Tomes 1, 2, 3, 4 et 6
Les Formidables aventures de Lapinot - Tomes 1, 2, 3, 4 et 6