Dupuis : Le fil de l'histoire, Les cavaliers de l'apocadipse, Frnck T4

/ Critique - écrit par plienard, le 28/09/2018

Temps de lecture estimé de l'article : 4 minute(s) - laisser un commentaire

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le pétrole ou la grande muraille de Chine. De l'humour made in Libon, que c'est bon ! Et un ado en pleine crise préhistorique. On ne s'ennuie pas avec Dupuis !

Le fil de l'histoire - L'or noir & La grande muraille de Chine - note : 8/10

Cette nouvelle série documentaire des éditions Dupuis a vocation à éduquer tout en divertissant. Le professeur d'histoire Fabrice Erre est aussi auteur de bandes dessinées (Z comme Don Diego en 2012 ou
© Dupuis 2018.

 Une année au Lycée (3 tomes, 2016) chez Dargaud) et est accompagné de Sylvain Savoia pour nous mettre en dessin un cours d'histoire.

Après déjà sept petits livrets qui s'amusent à mettre en scène les deux personnages, Ariane et Nino,  les enfants vont pouvoir en apprendre encore un peu plus avec deux nouveaux tomes : La grande muraille de Chine et L'or noir. Si les précédents tomes pouvaient paraître un peu "scolaire" étant donné que les sujets sont au programme en primaire et au collège, pour ces deux nouveaux tomes, cela est moins vrai et prouvent que la série a toute son utilité et remplie bien son rôle : elle divertit en même temps qu'elle éduque.

Vos enfants (et vous) par la même occasion allez en connaître un peu plus sur la plus grande muraille du monde (n'en déplaise à notre ami Trump) ou sur l'incroyable utilisation du pétrole. Grace à ses deux albums, la série prend un peu plus d'intérêt, car ils ne s'arrêtent pas à la simple rétrospective historique mais va bien plus loin sur les conséquences politiques, ou environnementales.

Une série complète, intelligente et divertissante et va s'enrichir de deux prochains tomes sur les vikings et la découverte des dinosaures.

 

Les cavaliers de l'apocadipse - note : 7,5/10

Pour les lecteurs du Journal de Spirou, ce recueil des cavaliers de l'apocadispe était très attendu. Pour les autres, ce drôle de titre pose question. Et le nom de l'auteur, Libon, offre déjà une petite explication : l'humour absurde va être de la partie et ce titre bizarre n'est que la partie visible de l'iceberg.


© Dupuis 2018.

 Dans la série Jacques (trois tomes chez Dupuis), on se souvient encore de ce petit lézard qui est touché par un nuage radioactif à la suite d'essais militaires (maladroits) et qui se voit grandir à taille humaine et être doté de la parole. Inutile de vous dire qu'il va provoquer quelques frayeurs pendant que l'armée veut cacher et éliminer ce Godzilla made in Libon.

Ici, c'est un peu plus sérieux (si on veut). Un nouvel élève arrive dans une école et va se lier d'amitié avec deux autres camarades et avec qui il va fonder un groupe pour lequel il faut donner un nom. Ce sera celui des cavaliers de l'apocalypse. Mais comme il n'arrive pas à le dire … Et fort de ce sobriquet, ils vont enchaîner les catastrophes les plus inimaginables : mettre le feu à une usine chimique, faire une partie de sonnettes chez Mamie Confiture, dessiner un zizi sur le visage de la Joconde, j'en passe et des pires ..

72 pages d'humour débile comme seul sait le faire le talentueux Libon pour le plus grand plaisir de ses fans.

 

Frnck - Tome 4 : L'éruption - note : 7,5/10

Souvenons-nous, c'était il n'y a pas si longtemps, au début de l'année 2017. Un nouvel héros de bande dessinée prenait vie sous le crayon de Brice Cossu et la plume de d'Olivier Bocquet. Il s'appelait Franck et était orphelin. Et alors qu'il voulait s'échapper de l'orphelinat, le voilà projeter à l'ère préhistorique. Il sera adopté par un clan d'hommes (et de femmes) préhistoriques qui lui apprendra à survivre dans cet environnement sans réseau téléphonique. En contrepartie, il leur apprendra les voyelles (d'où la série Frnck).


© Dupuis 2018.

 Septembre 2018, et c'est déjà la fin. La fin d'un premier cycle (ça c'est pour rassurer les fans), mais une fin qui risque d'en étonner plus d'un. Le volcan près duquel vit la tribu dans laquelle Frnck a trouvé refuge commence à donner des signes de réveil. Dans le même temps, le bébé de la tribu, Gargouille, a disparu. Si, à l'exception de Franck, personne ne se rend compte de l'imminence et de la dangerosité de l'éruption volcanique : "le volcan donne de la chaleur, de la lumière et de la cuisson", il faut le retrouver rapidement.

Dans ce dernier tome, la folie et le côté hallucinatoire du premier tome disparaît au profit d'un récit plus réaliste et qui parait totalement logique à la lecture des quatre tomes. On garde toujours cette énergie dans le dessin et cet humour qui ressort des situations rocambolesques. Une fin digne de la série qui donne envie de découvrir la suite dans un probable second cycle.

 


Les couvertures des 4 albums - © Dupuis 2018.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse