8.5/10Les Nombrils - Tome 6 - Un été trop mortel

/ Critique - écrit par plienard, le 14/10/2013
Notre verdict : 8.5/10 - Rire glacé (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Une petite claque aux préjugés donnée par Delaf et Dubuc les auteurs de la série Les Nombrils chez Dupuis.

Les apparences sont parfois trompeuses. Au vu de la couverture et des premiers albums, on aurait pu croire que la série Les nombrils ne serait qu’une simple bande dessinée d’humour (sans vouloir être péjoratif) pour laquelle il n’y aurait rien à attendre d’autre que des sourires. Une bédé avec deux bimbos du nom de Vicky, la brune, et Jenny, la blonde, aussi bêtes que belles et dont le passe-temps favoris serait de rabaisser leur « amie » Karine. Le pire c’est qu’elles sont tellement bêtes qu’elles ne s’en rendent même pas compte.


DR.

Pourtant depuis au moins deux albums, Karine ne se laisse plus faire comme avant. Elle n’est plus le petit mouton blanc – qui s’habille toujours en noir – qui subit les remarques vexantes de ses deux copines. D’autant que son nouvel amoureux, Albin, n’aime pas les deux cruches. Une guerre d’influence s’engage alors entre elles et lui, avec un net avantage pour l’instant à Albin.

Dubuc (scénario) et Delaf (dessin) réussissent l’exploit d’être originaux, même très originaux avec ce type d’album. Car Les Nombrils est devenue plus qu’une série d’humour et cet album en est le parfait exemple. C’est 48 pages d’une histoire complexe que les auteurs réussissent à couper en petits chapitres d’une page chacun pour garder le rythme humoristique initial. Sauf peut-être sur la fin de l’album où le dénouement dramatique empêche les chutes humoristiques qui seraient de toute manière inadéquates.

Mais cet album sera aussi celui de l’émotion et de la fin des clichés. On y découvre la famille de Vicky et de Jenny. Certes, c’est caricatural, mais on est bluffé par ce parti-pris des auteurs et cela donne beaucoup d’humanité aux deux bimbos. On en comprend presque leur attitude et on se dit qu’elles ont presqu’un cerveau. Cet album est en tout cas un tournant pour les filles de la série comme pour les lecteurs.


DR.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse