6/10Nocturnes Rouges Origines - Tome 1 - L'héritage du chasseur

/ Critique - écrit par athanagor, le 15/10/2009
Notre verdict : 6/10 - Sang pour champs (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Emmanuel Nhieu reprend l'intégralité des armes d'auteur pour faire un spin-off (ou prequel, on ne sait pas trop) de sa série fétiche.

Le village de Terre Pleines est la cible d'un clan de rôdeurs particulièrement acharnés et singulièrement focalisés sur la dévastation des cultures. En même temps, à Terre Pleines, il y a soit des fermiers, soit des champs. Donc en temps normal, ça se passe plutôt bien, mais là, ça charcle. S'il en est un, dans tout ce bazar qui a véritablement le droit d'avoir les nerfs, c'est bien Wyatt McHuffins, qui perd sa mère et son frère (sans compter les chiens) dans ces exactions et, bigrement remonté contre ces agresseurs, réussi à leur coller suffisamment aux basque pour en dévoiler la nature. Tout le monde connaît Nocturnes Rouges, ce n'est donc pas trahir un grand secret que de dévoiler qu'il s'agit de vampires (Ooooh...), et les vampires, c'est dur à s'en débarrasser. Fort heureusement la providence a placé à quelques distances du village, une tour de garde dégarnie où un vieil homme vit dans la réclusion la plus complète et l'éthylisme le plus méticuleux. Il s'agit, s'il faut en croire les rumeurs, d'un ancien chasseur de vampire.

Il faut croire que cela manquait à Emmanuel Nhieu de ne plus être totalement aux commandes de la série qui l'a lancée quand il l'a lancé. Ce monde où des vampires sont perdus dans des méandres magiques de tous poils dans un monde chaotique et poussiéreux avec des Entrainement
Entrainement
extra-terrestres autour, en est à la préparation de son 7e tome, ce qui à l'aune de la maison Soleil est synonyme de succès planétaire. Et Nhieu, n'ayant plus la charge du pinceau, mais seulement celle du crayon depuis le tome 5, a dû ressentir la nostalgie d'une époque d'expression totale sur sa création. Il pourrait également s'agir d'un coup marketing, offrant aux inconditionnels de la série, l'opportunité de retrouver les frissons des premières lignes, en leur donnant une aventure parallèle, entièrement aux mains du maître déclaré.

Quelle que soit la raison de cette reprise de sujet, le résultat se pose comme un simple album d'exposition, sans plus ni moins de prétention que celle de présenter une situation de départ et les personnages qui feront évoluer les tomes suivants, soit vers de la bombe atomique triple XL, soit vers un taille 8 ans. Passé le manque d'intérêt de l'histoire ici racontée, on s'arrête alors sur des aspects plus techniques qui font ressortir la maîtrise de Nhieu des aspects narratifs. Ainsi une bonne articulation des scènes permet de voir la linéarité du récit et d'y positionner convenablement, sans avoir une grosse culture de la série originale, les personnages que l'on y trouve. Les 48 pages sont ainsi plus exploitées pour installer les personnages et leurs motivations, réelles ou supposer, facilitant d'autant leur identification et le début d'attachement qu'on peut leur accorder.

Néanmoins, d'un point de vue graphique, on pourra reprocher à Nhieu certains à-peu-près anatomiques et autres détails, qui donnent à s'interroger sur le travail effectué. Compèt'
Compèt'
A-t-il été question de torcher cet album pour s'attacher d'autant plus rapidement au développement du cœur de l'histoire des prochains tomes ? Ou Nhieu a-t-il fait l'impasse sur des retouches car son petit cœur d'enfant lui dictait de se consacrer à d'autres aventures et de laisser fuir de par le monde ses créations imaginaires ? Ce qu'il aurait volontiers fait s'il ne fallait pas acheter de la margarine et honorer des commandes supposément rentables. Ou peut-être s'agit-il de l'évolution naturelle de son trait ? Mais un coup d'œil rapide sur ses dernières productions laisse voir un travail plus soigné qui renforce le doute. Seul l'auteur connaît la réponse, et encore rien ne dit qu'il ne la découvrira pas que dans quelques années, allongé sur le divan d'un psy aux honoraires exorbitants et cathartiques. Heureusement l'illustration est aidée par les couleurs expressives de Florence Torta, déjà présente à ses côtés, mais plus discrètement, pour Post-Mortem Pacific !!!, et qui ici, utilisant les couleurs déjà utilisées dans les tomes 5 et 6 de la série classique, fournit une grande partie du dynamisme.

Mais rassurons-nous, rien d'insupportable ici, et au final la lecture est plaisante, toujours servie par un univers et des personnages captivants. Ceci dit la prudence commandera d'attendre le tome 2 pour se faire une idée définitive de la pertinence et de la nécessité de cet album.

A découvrir
Sambre
Sambre
Joe Bar Team
Joe Bar Team
Les Formidables aventures de Lapinot - Tomes 1, 2, 3, 4 et 6
Les Formidables aventures de Lapinot - Tomes 1, 2, 3, 4 et 6