8.5/10Morning Glory Academy - Vive l'école !

/ Critique - écrit par Canette Ultra, le 09/09/2011
Notre verdict : 8.5/10 - Star Academy ! (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Atlantic fait une entrée remarquée dans le monde des comics avec Morning Glory Academy. Frais, énigmatique et dynamique, le lecteur se laisse prendre au jeu et ne regrette qu'une chose : devoir attendre le prochain tome.

Petit nouveau dans la cour des comics : Atlantic. La compagnie ouvre le bal de ses sorties avec un album d’actualité : Morning Glory Academy. En effet, avec la rentrée des classes, quoi de mieux pour commencer cette dernière que de lire un comics sur un pensionnat ? Pour diriger cette production, Nick Spencer qui travaille sur des classiques comme Iron Man ou Thor et Joe Eisma qui a un passé avec Image Comics. Dans cet album, n’oublions pas le travail de Robin Esquejo qui livre des couvertures superbes. Allons donc voir comment se déroule une rentrée des classes chez Atlantic.


Les joies de la rentrée et des petits mots échangés
Après une tentative d’école buissonnière tonitruante faite par l’ancienne classe d’élève, nous rencontrons la nouvelle génération : Hunter, Jun, Casey, Jade, Ike et Zoé sont six adolescents aux capacités intellectuelles certaines qui ont le privilège d’intégrer le pensionnat de la Morning Glory Academy. Les élèves sont accueillis par le sourire de mademoiselle Fairmont mais le lecteur se doute d’un traquenard après l’introduction de l’album et l’arrivée en limousine des héros. En effet, on découvre assez vite que rien ne semble vraiment normal dans l’école. Entre les chefs d’étage psychopathe, le gardien fantomatique, les sectes et les disparitions suspectes, on baigne dans une ambiance aussi sibylline qu’excitante. On ne sait jamais ce qui nous attend tout au long de l’album. Atlantic nous promettait une ambiance entre Buffy et le Prisonnier, il n’avait pas menti. On pourrait presque ajouter un soupçon de Suspiria dans tout ça. Le résultat est donc très satisfaisant et on passe un très bon moment. A chaque moment où l’on croit cerner l’intrigue, un nouvel élément vient perturber l’équation. Les élèves sont tous clairement identifiables et attachants. Les clones de Chuck Bass ou de Justin Bieber parviennent même à tirer leur épingle du jeu aux côtés du Japonais féru d’espionnage, de la femme fatale, de la poète ou de l’intello sexy.


On se fait toujours de nouveaux camarades !
Graphiquement, même constat, rien à redire. C’est clair, efficace et les scènes d’actions s’enchaînent avec dynamisme. On peut regretter le côté un peu lisse de l’ensemble ou le jeu d’ombre minimaliste mais l’album se lit et s’apprécie véritablement malgré ses menus défauts.

Pour des débuts, la série et la compagnie parviennent à présenter une copie aussi intéressante que plaisante. On en vient à maudire l’album d’être aussi court surtout que nous restons sur le suspense de la dernière case. Espérons donc que le second opus vienne confirmer tout le bien que l'on pense de cette nouvelle série.


Ah le pensionnat, ses uniformes et son ambiance virile !

A découvrir
Joe Bar Team
Joe Bar Team
Joe Bar Team
Joe Bar Team
Sambre
Sambre