6.5/10Moréa - Tome 7 - La Fureur des anges

/ Critique - écrit par plienard, le 21/08/2013
Notre verdict : 6.5/10 - La Moréa est dans le pré (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Depuis le mois de Juillet, nous pouvons vivre la suite des aventures de Moréa avec le tome 7 paru aux éditions Soleil.

Moréa est une jeune femme richissime, présidente de la DWC mais dont la caractéristique principale est d’être immortelle. Elle fait partie des Dragons qui luttent contre les Anges qui cherchent à les exterminer ainsi que l’humanité. Dans ce combat, elle y a perdu un ami très cher, le chevalier Terkio, événement dont elle a du mal à en accepter l’augure. Et pour couronner le tout, un groupe de Dragons, nommé les hydres et dirigé par un certain Torrès, la destitue de son rôle de directrice alors que le leader des Anges, Immaros, a réussi à créer une arme bactériologique avec le sang de Moréa.

Moréa - Tome 7 - La Fureur des anges
Une femme qui ne frappe pas que l'imaginaire !
L’immortelle avait sauvé le monde dans le tome 6 et voilà que les ennuis continuent. Le scénariste Dominique Latil, affranchi du binôme Christophe Arleston, persiste à mettre la plantureuse rousse dans des situations qui semblent inextricables pour le commun des mortels. Il est en cela aidé par un nouveau dessinateur depuis le tome 6. Laurent Libessart remplace Thierry Labrosse et prend peu à peu ses marques et la mesure des personnages. Si on sent encore une certaine retenue dans les personnages principaux, on le voit nettement plus à l’aise avec les nouveaux personnages.

Dans cet album, on continue de mettre à fleur de peau et à nu (dans tout les sens du terme) l’héroïne. Au début de l'album, les réactions de Moréa sont quelques peu difficiles à suivre, passant de l’énervement le plus brutal à la câlinerie la plus insolite, ce qui a a le don de laisser pantois son pauvre ami Théo. La série garde toujours son côté très (trop ?) sexy qui est parfois à la limite de l’utile et du racolage. Il n’en reste pas moins que les formes des personnages féminins de Laurent Libessart sont très agréables et digne de Soleil.

Au final, sexe, humour et complot font de cet album un beau petit lot qui pâtit de son packaging trop classique pour une série Soleil. on voit, en effet, mal pourquoi le format des albums est si peu sexy.

Moréa - Tome 7 - La Fureur des anges
DR.

A découvrir
Les Formidables aventures de Lapinot - Tomes 1, 2, 3, 4 et 6
Les Formidables aventures de Lapinot - Tomes 1, 2, 3, 4 et 6
Jack Palmer - Tome 12 - L'enquête Corse
Jack Palmer - Tome 12 - L'enquête Corse
Sambre
Sambre