ATTENTION : CONTENU RESERVE A UN PUBLIC AVERTI

Les images et textes à caractère érotique, pornographique ou violent contenus dans cette page peuvent choquer certaines sensibilités. En consultant cette page, vous attestez être majeur au regard de la loi française et vous prenez vos responsabilités par rapport à son contenu.

CONSULTER QUITTER

8.5/10Melonie Sweet - Rencontre avec Monstre

/ Critique - écrit par Maixent, le 15/02/2015
Notre verdict : 8.5/10 - M & M 's (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

King Kong a beaucoup changé

On sent tout de suite quand un auteur est attaché à son personnage. Il le peaufine, le travaille, lui donne petit à petit plus de substance, le nourri d’un background et d’une histoire. C’est tout à fait le cas pour Melonie Sweet et ses albums en général.
Si les premiers titres de Filobédo étaient parfois un peu brouillons au niveau du trait et du scénario, notamment les dialogues, on voit une réelle amélioration. En effet, la différence était déjà remarquable entre le premier et le deuxième tome et devient flagrante au troisième. A savoir que le deuxième et le troisième tome sont en fait le premier amélioré. Filobédo creuse son univers, avec une référence absolue à King Kong bien sûr mais aussi à tout un pan de la pop culture avec une dimension plus spatiale qui sera sans doute mise en avant dans le quatrième tome comme le laisse présager la couverture, en exclusivité à la dernière page.


Welcome to the jungle

 

Chaque case est vraiment travaillée, avec une minutie dans le détail qui n’était pas présente auparavant, notamment au niveau des arrières plans. De grands aplats de verdure pour une végétation équatoriale dense, touffue et presque angoissante, contrastant fortement  avec les corps nus des personnages tout en rondeurs. Ces hommes et ces femmes semblent perdus dans cette immensité, intensifiant le côté dramatique du récit. Car oui, le récit est dramatique malgré les quéquettes volantes et les concombres géants dans le cul. Ce sont deux êtres perdus dans l’immensité du temps et de l’espace qui se trouvent et sont contraints de se séparer. Ce troisième tome de Melonie Sweet prend une dimension romantique et même couverte des litres de sperme envoyés par son amant, Monstre, Melonie garde dans les yeux cette lueur amoureuse et ce bonheur sincère.

On est véritablement pris dans l’histoire mêlant habillement exotisme, chasse au trésor, et romance. En fait tous les classiques permettant de créer un récit prenant. Les expressions des personnages, moins cartoonesques, permettent aussi au lecteur de mieux suivre l’intrigue. Et au final, on a à faire à un album plus mature et abouti. On est bien loin de l’amateurisme des débuts pour une professionnalisation de plus en plus marquée.
Et on fait tourner les courgettes

 

Que l’on se rassure, les seins démesurés, les positions scabreuses et impossibles ; les orifices béants et accueillants sont toujours au rendez-vous. Même s’il y a plus de texte, plus de recherche et de profondeur, on reste dans un album de Melonie Sweet, personnage insatiable ayant besoin d’être remplie d’une façon ou d’une autre et le plus souvent possible.  On trouve donc des planches entières de sexe brut, souvent avec une petite pointe d’humour chère à l’auteur, impliquant le plus souvent des objets ou des scènes saphiques. Mélonie est un très bon personnage, en passe de devenir une référence de la bd érotique contemporaine, une égérie telle Little Annie Fanny, Mandy ou encore Sally Forth, soit des personnages ayant profondément marqué la bd érotique en leur temps, et devenus des incontournables. Pour ce faire, Melonie a encore besoin de se développer (pas au niveau mammaire, sinon, on risque l’explosion) mais est en très bonne voie. 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse