6/10Lilian Cortez - Tome 1 - Le mystère du crâne du cristal / Et l'enfant des étoiles

/ Critique - écrit par Rick J., le 14/11/2006
Notre verdict : 6/10 - Tête creuse (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Annoncé depuis un bon moment, le nouveau bébé de Ludolullaby est enfin arrivé. Derrière la machine à écrire ses compères de Kookaburra Universe : Tackian et Miquel. La dream team est en place et c'est le coeur plein d'espoir que l'on s'apprête à dévorer le premier tome des aventures de Lilian Cortez !

L'archipel des Nusa Tempora est unique parmi tout l'univers. Un endroit dans l'espace où de multiples planètes sont reliées entre elles par un océan galactique. C'est dans ce lieu hautement touristique que le capitaine Lilian Cortez et son second se proposent d'escorter visiteurs et marchandises, pour peu qu'on y mette le prix. Mais ses nouveaux clients, des moines prétendument en pèlerinage, semblent attirer le danger. Pour Lilian commence alors une quête qui le mènera aux confins de l'univers et qui pourrait bien changer la face du monde.


Enfer et damnation !!! Mais qu'a t-il bien pu se passer ?! Le background original, le personnage principal à la cool, les bastons, les filles dénudées, tout est là. Et pourtant la sauce ne prend pas. La faute à un scénario qui s'éparpille, part dans tous les sens pour au final n'arriver nulle part. L'album se termine que l'on a encore l'impression d'être en plein milieu de l'exposition narrative. Quand on pense que la quatrième de couverture en révèle plus que les 48 pages qui l'ont précédée, c'est dire... Paradoxalement ce tome n'est pas vide. Au contraire il multiplie les personnages, les points de vues, les sous-entendus comme quoi "il faut faire attention, il va se passer quelque chose !". Et puis rien. On n'arrive même à ne pas comprendre grand chose, les personnages n'ont pas le temps de se poser et sont d'une platitude totale. Alors que la série s'appelle Lilan Cortez on n'en sait pas plus sur lui au terme de l'Enfant des étoiles qu'avant d'ouvrir la bd.


Au moins pouvait on espérer se rattraper sur le dessin, avec l'incroyable Ludolullaby derrière les crayons. Hélas une fois encore la déception est de mise. Habitué aux cadrages extravagants et aux mises en page farfelues, le dessinateur se lâche un peu trop. En roue libre, il livre des planches trop peu lisibles, les scènes d'action sont une vraie souffrance et on finit par abandonner et laisser glisser son regard d'une bulle de texte à l'autre en espérant comprendre ce qui se passe. Le trait quant à lui est inégal, on profite de fulgurances artistiques très proches de Joe Madureira qui ravissent les mirettes tout comme on fait la moue face à des personnages parfois peu détaillées, presque pauvres.

Il faut dire que la couleur joue beaucoup. Les 18 premières pages de l'album sont colorisées par le grand Lamirand qui mime ici des techniques héritées des comics américain offrant de superbes dégradés et autres effets typiquement Photoshop du plus bel effet. Mais ensuite Lulllaby reprend la main et change radicalement de style. Par manque de temps, de technique ou d'envie, le voilà qui part dans une influence anime avec des grands aplats et quelques nuances sans dégradés. Au delà du flagrant contraste c'est surtout les défauts du trait qui ressortent sans la béquille des couleurs complexes.

Un beau gâchis. Voilà ce qui ressort au fil des 48 premières pages de l'épopée de Lilian Cortez. Pourtant on avait vraiment envie d'aimer ce premier Tome. Et c'est plus de la tristesse et de la frustration qu'autre chose qui emplit le lecteur alors qu'il referme la magnifique couverture qui lui avait tant donné espoir. Il manque si peu de choses, et on se prend à espérer que les prochains tomes redresseront la barre. Car il n'y a rien de pire que de voir une bonne idée et une bonne équipe se planter à ce point.

A découvrir
Joe Bar Team
Joe Bar Team
Joe Bar Team
Joe Bar Team
Sambre
Sambre