5.5/10Les Voiles - Orient

/ Critique - écrit par plienard, le 13/04/2011
Notre verdict : 5.5/10 - Une pincée d’Ersel (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Suivons Françoise de Noiselles sur la découverte de ses désirs sur fond de complot international et de faillite de l’entreprise familiale.

Françoise de Noiselles est la plus jeune fille de la famille. Si ses deux sœurs n’ont pour seul objectif que de se marier, Françoise, elle, a trop de caractère pour son époque. Nous sommes au début du XXème siècle, l’exposition universelle de Paris va bientôt ouvrir et ce genre de femme n’est pas vraiment apprécié. La jeune femme se cherche. Que va-t-elle faire ? C’est son père qui va trouver la solution. Elle partira en Egypte pour sauver l’entreprise familiale de la ruine.

Comment définir un album qui flirte avec l’érotisme, l’exotisme et l’espionnage ?

Les Voiles - Orient
DR.
Premièrement, l’album se veut léger, voire très léger. Au point que même un voile n’arriverait pas à cacher les quelques moments assez cru. Mettant en scène quelques personnages célèbres tels qu’Oscar Wilde, Toulouse-Lautrec …les auteurs cherchent à mettre une ambiance culturelle assez légère, voire un peu graveleuse. Les conversations sont largement orientées sur la chose et le plaisir de vivre (sexuellement, essentiellement) est un des thèmes principaux. Si le début de l’album met en scène le comportement occidental (très machiste) – les futurs maris vont aux putes – la seconde partie va nous dévoiler tous les charmes orientaux avec notamment le harem du Cheick Alifeisal.

Deuxièmement, l’album se veut un album d’intrigue, voire d’espionnage. C’est la partie la moins bien traitée. Françoise est envoyée en Egypte pour retrouver des cartographes. Elle va tout d’abord se heurter au premier fonctionnaire de l’ambassade de France dont on ne sait s’il hait cette femme ou s’il complote contre son pays. Toujours est-il qu’au fil des pages, elle est embarqué dans une sorte de complot allemand dont on ne comprend ni les objectifs, ni les enjeux.

Les Voiles - Orient
DR.
Si Renot est le scénariste de cet album, Ersel en est le dessinateur (et Aurélie Lecloux aux couleurs). Ce dernier est notamment le dessinateur du premier album, la mémoire d’Abraham. Son style reste identifiable avec toujours ce trait un peu gras (mais pas dans le mauvais sens du terme), disons épais ce qui a tendance à noircir un peu les cases. Si les scènes de nu sont plutôt bien réussies – elles ne sont ni racoleuses, ni criardes – l’ensemble de l’album est assez inégal et suit un scénario dont on ne sait où il veut nous emmener. Les auteurs ont-ils cherché à faire un album érotique (très tendance en ce moment), ou un album d’aventures avec du suspens, voire peut-être les deux ? Le lecteur ne sait pas trop et se retrouve comme Françoise, à ne pas savoir quoi faire. Et ce n’est pas la fin qui nous aidera. D’ailleurs est-ce réellement la fin ? C’est en tout cas ce qui est annoncé.

Ne prenant pas parti entre l’érotisme et l’aventure, les auteurs laissent leur lecteur un peu perdu. Si certaines pages de nu sont superbes (notamment sur la fin), il y a quelques aberrations qui laissent pantois. Comme Françoise qui se retrouve en robe de chambre dans le désert. On aurait aimé que les auteurs se dévoilent un peu plus.

A découvrir
Sambre
Sambre
Caste des Méta-Barons (La)
Caste des Méta-Barons (La)
V pour Vendetta
V pour Vendetta