Les loubards du Lombard : Harden et H.ELL

/ Article - écrit par plienard, le 25/11/2013

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Deux nouvelles séries commencent au Lombard avec des personnages pas très nets.

On vous présente aujourd’hui deux nouveaux héros du Lombard. Le moins que l’on puisse dire c’est qu’ils sont un peu borderline. Le premier est capable du pire comme du meilleur (Harden de Jaoquim Diaz) et le second a tout perdu (H.ELL de Desberg et Vrancken). Les caractéristiques communes, à part la première lettre du titre, est que nous avons deux personnages aux âmes perturbées et deux dessinateurs talentueux.

 

HARDEN, Tome 1 – note 8.5/10


DR.

La nouvelle série aux éditions du lombard de l’espagnol Joaquim Diaz est une bonne petite claque à nos habitudes de lectures pépères. Un dessin capable d’alterner la bande dessinée traditionnelle dans son côté réaliste et partir dans la violence la plus crue avec un trait et des couleurs exacerbées, le choc est latent.

Côté scénario, ce n’est pas mal du tout non plus. Ismaël est un ancien militaire de l’armée américaine, ayant servi en Irak. Il en est revenu avec de sacrés traumatismes et une toux incessante. Il vit maintenant une existence paisible et heureuse chez sa sœur Maria et son jeune neveu Gabriel. Tout va soudain virer au cauchemar lorsqu’il va rencontrer une ancienne connaissance, Carlos, un membre des A.caidos, un gang hispanique de Los Angeles dont Ismaël a fait partie à une époque.

Cet album est un petit bijou à la fois de violence et de quiétude. Pendant une bonne partie de l’album, l’auteur alterne violence extrême avec des scènes de bonheur pur. La transition entre chacune est d’autant plus grande. Évidemment, c’est un album à ne pas mettre entre toutes les mains car certaines scènes sont particulièrement impressionnantes, voire choquantes et pourraient rebuter certains amateurs de bande dessinée. Il convient cependant d'aller plus loin de la simple impression que l'album pourrait donner en le feuilletant. Et Dieu que c’est bien dessiné.

 

 

H.ELL, tome 1 – note  6/10


DR.

Stephen Desberg et Bertrand Vrancken est un duo que l'on connait bien. Pourtant, il est assez rare que l'actualité nous amène  à en parler en plein mois de novembre. En effet, I.R.$, leur série fétiche a pour l'habitude de sortir un nouvel épisode avant l'été. C'est donc bel et bien pour une nouvelle série que l'on retrouve ce duo, et toujours aux éditions du Lombard.

H.Ell est le surnom d’Herman Ellmander. Ancien chevalier, il a perdu tous ses droits, mais est devenu, par clémence du roi, un questeur criminel, membre de l'ordre des Veilleurs. Certains d'entre vous se demanderont peut-être ce qu'est un questeur ? Il s'agit d'un enquêteur, une sorte de policier. Et ça tombre bien, en ce moment, des meurtres sordides se produisent.

Un héros tiraillé par un secret, qui a tout perdu et qui veut tout récupérer, tel est le type de personnage classique que Stephen Desberg nous invite à suivre. Dans la trame scénaristique, on se rapproche d'un Sherman sauf que, pour une fois, on a quitté l'Amérique si chère à l'auteur pour un monde fantastico-médiéval (avec des Polymorphes, une race capable de changer d'apparences, sorte de caméléon humain). Ce décor est sublimé par le crayon de Vrancken qui démontre qu'il est aussi à l'aise dans l'historique et le fantastique que dans le réalisme. Un bon premier album.

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse