8/10Legenderry - Red Sonja

/ Critique - écrit par Maixent, le 23/09/2018
Notre verdict : 8/10 - Sonjastein (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

L'aventure aux cheveux rouges.

Nous étions loin d'être frustrés par le premier tome de Legenderry qui mettait en scène dans un univers steampunk nos héros préférés de la pop culture. Mais quelle excellente idée de publier un spin-off en s'attardant sur un personnage en particulier dans la continuité de l'arc narratif principal. Ici, nous suivrons Red Sonja qui, après avoir recouvré la mémoire et sa véritable identité, et promue capitaine d'un bateau à la dérive.


La tragiquement belle fiancée de Frankenstein

 

Dans un bar à marin sordide, la rousse flamboyante va croiser la route d'un vieil homme, poursuivi par quatre créatures inquiétantes. Après un combat acharné, on découvrira qu'ils sont des soldats créés par le dangereux mégalomane, Victor Frankenstein. Sonja trouvera une alliée en la personne de sa fiancée, tuée par le premier monstre auquel Victor avait donné la vie et ressuscitée. A elles deux, elles vont tenter de mettre un terme à ses plans diaboliques mais il a trouvé un partenaire à sa taille, un Capitaine Nemo zombifié par ses soins. C'est à bord du Nautilus que tout se jouera, puis sur l'île du Docteur Moreau, déjà évoqué dans le premier opus.
Quand Frankenstein rencontre Moreau

 

Avec un récit fait de rebondissements, de trahisons, puis de nouvelles alliances, le rythme ne faiblit jamais. Les personnages sont bien campés, taillés pour l'action et l'aventure, emportant le lecteur dans leurs tribulations avec un sens de la narration d'une efficacité redoutable qui confirme la qualité de la série. Le dessin met en relief cette vitalité avec de grands tableaux épiques qui laissent le lecteur pantois. Et si on est souvent dans l'exagération, cela permet un mouvement continu et participe à l'action. On verra par exemple Némo découper un requin en deux à mains nues...


Nemo vs le requin

 

Entre folie et action, tout comme dans le premier tome, on retrouve l'âme des personnages classiques et déjà connus, ce qui permet au lecteur de s'ancrer dans ce qu'il connaît. Mais cette relecture des mythes de la littérature leur confère plus de puissance et de force. Ainsi, Victor Frankenstein, celui qui brave les voies divines n'est plus une âme tourmentée et romantique, mais un génie du mal. Et là où on perd en subtilité, on gagne en action et en efficacité sans pour autant en dénaturer la nature intrinsèque.

Legenderry est un monde riche qui mérite de continuer à se développer, proposant une relecture des mythes tout en leur rendant hommage, un peu comme Fables. Ce qui prouve que nos héros sont immortels et peuvent toujours se réinventer.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse