8/10Jules Verne et l'Astrolabe d'Uranie - Tome 1

/ Critique - écrit par Valentin Pick, le 29/06/2018
Notre verdict : 8/10 - Un graphisme spectaculaire (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

"Seul celui qui suit son étoile parviendra au cœur de son destin."

L’histoire

L’aventure s’ouvre en 1939 sous les traits d’un Jules Verne encore enfant voulant parcourir le monde. En toute discrétion, Jules monte à bord d’un trois-mâts, son imagination toujours en plein éveil. Sa curiosité et sa fascination pour le milieu maritime l’encouragent, malgré sa timidité, à arpenter le navire et finalement surprendre une discussion à propos d’un astrolabe bien mystérieux. 
Jules Verne et l'Astrolabe d'Uranie Tome 1, extrait de la planche 1..

 

L’intrigue nous plonge dans les coulisses fantastiques d’une aventure faisant de Jules Verne le protagoniste de péripéties nourrissant son imaginaire.
Devenu adulte, Jules Verne doit honorer un contrat avec son éditeur Hetzel, il décide de partir en quête d’inspiration en Amérique aux côtés de son frère Paul. L’embarquement à bord du Great Eastern est imminent pour une aventure que les deux frères ne sont pas près d’oublier.

Critique

Nous avons été habitués avec les séries Adamson ou encore Baron Rouge à cette qualité des illustrations dont seul Carlos Puerta a le secret. Ce premier album ne fait pas exception au talent graphique de l’auteur et promet un diptyque de grande qualité. Les cases viennent bien souvent envahir les pages et nous pouvons parfois douter : sommes-nous face à un dessin ou une photographie ?
Si le graphisme est remarquable, la consistance de l’histoire se fait plus légère par moment. Le scénario semble dans un premier temps très intéressant en passant de l’enfance de Jules Verne au personnage adulte tourmenté par des difficultés à écrire mêlées aux souvenirs d’une personne qui lui était chère. Pourtant, rapidement la lecture comporte des longueurs qui aurait pu être évitées pour se focaliser sur l’intrigue. Le format de 46 planches semble donc bien court pour cette histoire qui se permet des scènes explicatives de plusieurs pages. Néanmoins la construction narrative soulève de nombreuses interrogations. Une voix singulière, une apparition semblant provenir d’outre-tombe... autant d’événements qui suscitent la curiosité des lecteurs en quête d’aventure.

Bilan

Lorsque nous ouvrons une bande dessinée illustrée par Carlos Puerta, nous savons que chaque planche réjouira l’œil. L’histoire offre une balade plaisante sur les pas d’un écrivain ayant traversé le temps. On ne va pas se mentir, on oublie bien vite l’histoire pour ne retenir que la beauté des illustrations dont chaque case est semblable à un tableau.
En espérant que le second volume apporte une fin cohérente, cette bande dessinée reste, ne serait-ce que pour son graphisme, une réussite du neuvième Art.

Jules Verne et l'Astrolabe d'Uranie Tome 1, extrait de la planche 19.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse