8/10Le Jour des magiciens - Tome 5 - Le dernier cercle

/ Critique - écrit par plienard, le 19/08/2010
Notre verdict : 8/10 - Le cercle des magiciens perdus (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Drazen, apprenti magicien, doit passer plusieurs épreuves afin de devenir le magicien que son père rêve qu'il soit.

Si vous voulez passer un moment de poésie, n'hésitez pas. Offrez-vous le jour des magiciens. Et ce malgré la couverture pas très emballante. Vous allez découvrir le monde des magiciens qui se cachent des hommes afin de les protéger d'une force maligne.


Les magiciens sont les défenseurs de l'humanité. A ce titre, ils ont pour règle de ne pas aimer. Pourtant, un jour, le mage Lancaster va briser cette règle. Par ce comportement, il va condamner à mort sa femme et va provoquer l'enlèvement de son fils Drazen (T1, Anja) qu'il va tenter de retrouver par tous les moyens. Il va notamment enlever Anja qui entretient des relations oniriques avec Drazen (T2, Drazen) qui, élevé sur l'île des magiciens, va parvenir à la retrouver, mais va devoir suivre son père afin de l'aider à ressusciter sa mère (T3, Lancaster). Devant le danger que provoque Lancaster, la caste des magiciens fait appel à une ancienne secte d'assassins afin de les éliminer, lui et son fils (T4, Tanaka). Après avoir réussi à leur échapper, Drazen commet une imprudence amoureuse en envoyant une lettre à Anja.

Dans cet album, Drazen doit suivre les épreuves que son père lui fait passer afin de le préparer à son jour des magiciens. Mais derrières ces épreuves, ne cherche-t-il pas à manipuler son fils de façon égoïste ?


Entre quête initiatique et poésie, cet album est tout bonnement étonnant. Dans un style BD franco-belge, type ligne claire et donnant l'impression d'une facilité déconcertante, le récit nous plonge dans une espèce d'onirisme où, par un processus d'identification avec le héros,  on se sent passer les trois mois d'apprentissage de son corps avec Drazen. Et surtout, le message de paix qu'il prodigue est à la fois simple et évident. Chapeau, donc, au scénariste pour la qualité des dialogues et l'originalité du sujet.

Même si le dessin est plutôt sobre et semble simple, il participe à donner cette atmosphère de rêve et de poésie. Ne vous arrêtez pas à cette couverture minimaliste et osez lire l'album, vous serez très étonnés.
A découvrir
Les Formidables aventures de Lapinot - Tomes 1, 2, 3, 4 et 6
Les Formidables aventures de Lapinot - Tomes 1, 2, 3, 4 et 6
Royaume de Tolkien : Visions des Terres-du-milieu (Le)
Royaume de Tolkien : Visions des Terres-du-milieu (Le)
V pour Vendetta
V pour Vendetta