9/10Jérôme d'Alphagraph

/ Critique - écrit par Amiral, le 26/06/2008
Notre verdict : 9/10 - Je pense, donc je suis ? (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - 1 réaction

"... Il parle souvent de découvrir le monde, mais il retarde sans cesse l'heure du départ"

Il est rare de trouver en bande dessinée des auteurs qui prennent le temps de bien s'accaparer leur récit ; créer un personnage qui leur soit familier et aborder des questions existentielles sans en bâcler les instants méditatifs. En fait non... Nous dirons plutôt qu'il existe de nombreux auteurs plus ou moins anonymes et talentueux capables de créer des narrations profondes, mais le plus souvent refusées par les maisons d'éditions davantage les yeux tournés vers les chiffres de ventes aux dépends des lectures qu'elles éditent. Les éditions FLBLB peuvent être considérées comme une exception, dissimulées à tort par ses imposantes concurrentes.

- Jérôme ? 
- Oui, Maître ?
- Il faut penser à ton avenir.
- Mon avenir Maître ?
- Allez Jérôme, laisse ton petit train et suis-moi...

Ainsi commence la grande aventure du petit Jérôme. Garçon naïf et insouciant, l'heure est cependant venue pour ce dernier de se confronter aux réalités du monde. Sillonnant les paysages en compagnie de Bourrique, équidé loin d'être un
âne ignorant, notre héros chéri se meut dans une existence de bohémien malgré lui. Gagner sa vie en travaillant, connaître les rudiments du stagiaire entubé, découvrir les secrets de la vie dans un coin de grenier mal éclairé... tel est le quotidien de Jérôme dès lors qu'il est admis comme assistant dans une librairie. Subissant le mauvais caractère sympathique de son patron, le petit garçon séduit par sa candeur et ses remises en question permanentes. C'est à travers son labeur qu'il aura pourtant une lueur lui indiquant le chemin de sa destinée : devenir écrivain ! Mais si toutes les routes sont censées mener à Rome, elles n'en sont pas pour autant moins semées d'embûches. Plus d'ordre mentale que physique, faut-il avant d'imaginer une œuvre digne de ce nom trouver une idée. Si son tendre protagoniste peine à combler les pages blanches, Nylso (heureux papa-auteur de Jérôme) ne s'en gêne point.

C'est avec délectation que le lecteur se plonge dans cet univers onirique mais dont l'odeur nous est si familière. Jérôme d'Alphagraph est d'abord une Madeleine de Proust. Nous nous plaisons parfois à croquer ces pages pour trouver des situations ou des répliques si proches de notre réalité, éparpillés dans ce paysage d'une autre époque ; d'une autre civilisation. Sans aucun doute, le voyage initiatique de Jérôme nous touche car il nous met face à notre propre existence et ses remises en questions. D'autre part, Jérôme d'Alphagraph laisse aussi échapper un véritable soupir de soulagement : celui de la liberté artistique. Cela
ne se voit pas seulement à travers un style graphique d'une sobriété pointilleuse peu commune dans le paysage littéraire. Chaque personnage semble être un fragment reflétant la personnalité de l'auteur, ses propres doutes et ses remises en questions. A travers les mises en situations qu'il crée, ses réflexions silencieuses, les traits de caractères de chaque protagoniste... Nylos construit un dialogue invisible avec son lectorat tout en ayant la pudeur de ne pas formuler une vérité préconstruite.

Mais toute création, aussi douée qu'elle soit, a son lot d'imperfections. Jérôme d'Alphagraph ne déroge pas à la règle. Même si les tomes sont fidèles à l'atmosphère de départ, force est de constater que Jérôme agace parfois par son côté timoré. Le jeune garçon souligne à plusieurs reprises son intelligence mais peine à passer concrètement aux actes, contrairement à son entourage plus entreprenant. De plus, il est courant de perdre le fil directeur de l'histoire à force de s'égarer à travers les sentiers thétiques. Est-ce une raison suffisante pour se détourner de ce roman graphique ? Certainement pas ! Nylso nous livre une œuvre-ovni, égarée dans un désert de songes où l'on se plaît à flâner.  

Jérôme d'Alphagraph ne se revendique pas comme une série parfaite, mais accomplie dans ses intentions et sa construction. Elle saura vous amuser, vous inciter à la réflexion, vous agacer par sa philosophie permanente, ou vous rendre simplement à l'évidence que vous n'êtes pas fait pour les lectures intellectuelles. Dans tous les cas, Jérôme d'Alphagraph ne vous laissera pas indifférent, ce qui n'est pas un mal non plus...

A découvrir
Les Formidables aventures de Lapinot - Tomes 1, 2, 3, 4 et 6
Les Formidables aventures de Lapinot - Tomes 1, 2, 3, 4 et 6
V pour Vendetta
V pour Vendetta
Sambre
Sambre