9/10Iron Man - 1987-1988 - La Guerre des Armures

/ Critique - écrit par Canette Ultra, le 13/04/2010
Notre verdict : 9/10 - Faites l'armure, pas la guerre (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 4 minute(s) - 9 réactions

Iron Man s'aperçoit que ses créations ont été utilisées à des fins maléfiques. Il part alors en croisade contre tous les possesseurs d'armure. Un album culte qui ravira les fans de l'homme de fer.

Iron Man a le vent en poupe cette année encore. En effet, le film Iron Man 2 va prochainement débarquer sur nos écrans et le nombre de parutions ou de rééditions qui contiennent notre justicier de fer sont légions. La guerre des armures est une saga qui justement revient dans nos échoppes pour notre plus grand plaisir. Cette saga est importante pour plusieurs raisons. Tout d'abord, il s'agit d'un scénario important pour la trame du film qui sort prochainement. Ensuite, c'est le retour du duo Michelinie / Layton. Les deux artistes avaient, à la fin des années 70, sublimé la série Iron Man avec l'excellente saga Le diable en bouteille dans laquelle Tony Stark luttait contre l'alcoolisme. Dix ans plus tard, le duo récidive en créant une nouvelle saga : la guerre des armures. Un conte moderne qui repousse le concept de responsabilité et d'héroïsme.

C'était pas ma guerre !
C'était pas ma guerre !
L'ensemble du recueil se dévore rapidement tant l'intrigue et le rythme ne nous lâchent pas une seconde. Iron Man jongle entre dîner d'affaire, stratégie offensive et combat contre sa propre technologie. Tony Stark semble au bord de l'épuisement et le graphisme le traduit bien. Toujours précis et classe, les dessins portent avec virtuosité chaque moment du récit. Que ce soit un combat sous-marin ou un rendez-vous avec le S.H.I.E.L.D., rien n'échappe aux crayons des artistes.  Au sujet du dessin, on ne peut pas manquer de parler de l'époque puisque la fin des années 80 se ressent pleinement. Le trait fin et l'action précise sont les caractéristiques des grandes sagas de l'époque comme « Fall of the Mutants » chez les X-Men. L'époque se traduit également par une plongée dans l'action plus directe qu'au début de la décennie. Nous n'avons plus les résumés gigantesques ou la description systématique de chaque pouvoir et action réalisée par le héros. De même, la coupe « mulet » de Tony Stark et la « flat top » de Rhodes sont totalement tendances. Ce souci de la mode se traduit également dans les costumes et les jeans près du corps. On reconnaîtra au cours du récit des célébrités comme Don Johnson de Miami  Vice ou encore Michael J. Fox (Retour vers le Futur). La dernière partie du récit donne lieu à un style particulier qui ne sera pas sans rappeler celui utiliser pour les Phalanx. La technologie et le vivant se mêlant pour exprimer la nature même d'Iron Man : homme et technologie.

Firepower, un nom bien choisi
Firepower, un
nom bien choisi
Tout est beau, vif et prenant. Mais de quoi s'agit-il exactement ? Quelle histoire pourrait amener l'homme de fer à se dépasser à ce point ? Tony Stark pensait couler des jours heureux et stimulant avec sa nouvelle entreprise et la maîtrise de son addiction. Mais après la capture d'un super-vilain, il constate avec effroi que la technologie de ce dernier est la sienne. Victime d'espionnage, ses inventions ont été utilisées pour faire le mal. Choqué de cette révélation et des victimes qu'il a provoqué à son insu, il entame une croisade pour retrouver et détruire chaque pièce et chaque armure. Cette prise de conscience va l'amener jusqu'aux limites physiques et mentales. Iron Man devra même renier ses amis pour accomplir son destin. Ainsi, il sera amené à combattre le gouvernement américain, l'URSS  et son ami le Captain America. Chaque armure qu'il détruira le conduira à un nouveau challenge dans lequel il devra sacrifier une partie de lui-même. Cette attitude extrême sera la base d'une nouvelle vision des choses de la part de Stark.

Un dernier pour la route ?
Un dernier pour la route ?
La guerre des armures est donc un album indispensable. Aussi bonne sur le fond que sur la forme, cette saga a marqué le destin d'Iron Man. Si Spider-man connaissait le sens du mot « responsabilité », Iron Man l'a appris à l'extrême. La conclusion de cette guerre sera un duel mental qui ne pourra pas laisser indifférent. Tony vs Tony, le duel qui finalement existera toujours tant la dualité entre le héros et l'homme est complexe. Ainsi, cette ambivalence est bien le thème sous-jacent que les auteurs ont voulu nous transmettre dans leur histoire. Que ce soir l'alcool ou la responsabilité d'un marchand d'armes, Tony Stark est une figure que l'on admire pour ses qualités mais surtout pour sa capacité à combattre ses défauts.

A découvrir
Tuniques bleues (Les)
Tuniques bleues (Les)
Royaume de Tolkien : Visions des Terres-du-milieu (Le)
Royaume de Tolkien : Visions des Terres-du-milieu (Le)
V pour Vendetta
V pour Vendetta