7/10Iron Man - 1968-1969

/ Critique - écrit par riffhifi, le 22/04/2008
Notre verdict : 7/10 - L’homme de fer n’est pas en fauteuil roulant (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 4 minute(s) - laisser un commentaire

Stan Lee lâche le scénario au moment où Iron Man fait ses débuts dans son magazine attitré. En perdant leur instigateur, les intrigues gagnent pourtant en épaisseur.

Après un dernier épisode en 10 pages paru dans le numéro spécial Iron Man and Submariner en avril, Iron Man atteint le numéro 1 de son propre magazine en mai 1968, alors qu'en France gronde la révolte étudiante. Stan Lee a passé la main, laissant l'écriture à Archie Goodwin ; ce dernier, bénéficiant d'un format plus confortable (20 pages par épisode) et d'une mythologie déjà connue (on retrouve les adversaires les plus marquants de la période Tales of Suspense : le Mandarin, la Licorne, etc.), réussit à s'affranchir de la logique bourrine de son prédécesseur : en marge de l'inévitable baston de chaque épisode, on trouve un bon développement des personnages, notamment du jeune agent du SHIELD Jasper Sitwell, et une moralounette de bon aloi du style « la puissance n'est rien sans humanité » ou « la technologie n'est qu'un outil, on ne peut pas la rendre responsable de nos maux ». On apprécie également l'inventivité relative des intrigues, comme celle de Saut dans le futur, qui préfigure rien moins que... Terminator ! En effet, Tony Stark s'y voit victime de la population du futur, qui use du voyage dans le temps pour Par Johnny Craig
Par Johnny Craig
résoudre son conflit avec les machines, et décide d'exécuter Stark avant qu'il n'invente l'ordinateur le plus puissant du monde. On peut dire ce qu'on veut, c'est bien plus intéressant que les affrontements à la chaîne contre un défilé d'ennemis communistes auxquels Stan Lee nous avait habitués les années précédentes.

Côté dessin, Gene Colan n'assure que le premier numéro de cette nouvelle ère, et se fend au passage d'un remake plan par plan de la genèse du héros, dessinée en 1963 par Don Heck. Une façon de tirer sa révérence plutôt élégante. Il est provisoirement remplacé par l'encreur Johnny Craig, au dessin plus qu'honorable mais un peu trop simpliste, mais c'est à partir du numéro 5 de Invincible Iron Man que la série trouve son dessinateur : George Tuska. Il restera fidèle au poste jusqu'en 1978, alors que le scénariste Archie Goodwin quittera le navire dès 1970. Avec un dessin moins réaliste mais plus lumineux que celui de son prédécesseur, Tuska perpétue un style plus proche de celui de Jack Kirby. Par ailleurs, il lui faudra quelques numéros avant d'imposer sa mise en page ultra-dynamique à base de cases taillées en biseau. Une fantaisie qui reflète bien le Par George Tuska
Par George Tuska
degré de liberté graphique que la bande dessinée commençait à atteindre en cette fin de décennie.

Malgré ces progrès, on regrette que ces premiers mois de Invincible Iron Man ne soient pas dévolus à une intrigue plus complexe et ambitieuse : seules sont mises en avant les accortes Janice Cord et Whitney Frost, respectivement gentille et méchante (blonde et brune), gravitant autour de Tony Stark pour des raisons différentes. Les bases de la série sont là (les interventions du SHIELD, la santé fragile de Stark, sa peur de nuire aux gens qui l'entourent), mais demandent encore à être exploitées à leur plein potentiel. Ce n'est qu'au cours des années 70 que le personnage s'interrogera sur la guerre du Vietnam, la portée de ses actions et le contenu de son bar.


Iron Man and Sub-mariner #1 - The torrent without... the tumult within!
(avril 1968)
The Invincible Iron Man #1 - Alone against A.I.M.
(mai 1968)
The Invincible Iron Man #2 - The day of the demolisher (juin 1968)
The Invincible Iron Man #3 - My friend, my foe... the Freak / Mon ami, mon ennemi... le Monstre (juillet 1968)
The Invincible Iron Man #4 - Unconquered is the Unicorn / L'indomptable Licorne (août 1968)
The Invincible Iron Man #5 - Frenzy in a far-flung future / Saut dans le futur (septembre 1968)
The Invincible Iron Man #6 - Vengeance... cries the Crusher! / Vengeance... crie le Ravageur (octobre 1968)
The Invincible Iron Man #7 - The Maggia strikes / La Maggia frappe (novembre 1968)
The Invincible Iron Man #8 - A duel must end / Un duel doit prendre fin (décembre 1968)
The Invincible Iron Man #9 - ... There lives a green goliath / C'est là que vit un titan vert (janvier 1969)
The Invincible Iron Man #10 - Once more... the Mandarin / Une fois encore... le Mandarin (février 1969)
The Invincible Iron Man #11 - Unmasked / Démasqué (mars 1969)
The Invincible Iron Man #12 - The coming of the Controller / L'arrivée du Contrôleur (avril 1969)
The Invincible Iron Man #13 - Captives of the Controller / Prisonniers du Contrôleur (mai 1969)
The Invincible Iron Man #14 - The night phantom walks / Le fantôme de la nuit (juin 1969)
The Invincible Iron Man #15 - Said the Unicorn to the Ghost / Ainsi parla la Licorne au Fantôme... (juillet 1969)
The Invincible Iron Man #16 - Of beasts and men / Le jour des Super-Singes (août 1969)
The Invincible Iron Man #17 - The beginning of the end / Le commencement de la fin (septembre 1969)
The Invincible Iron Man #18 - Even heroes die / Même un héros peut mourir (octobre 1969)
The Invincible Iron Man #19 - What price life? / Le prix de la vie (novembre 1969)
The Invincible Iron Man #20 - Who serves Lucifer? / Qui sert Lucifer ? (décembre 1969)

A découvrir
Tuniques bleues (Les)
Tuniques bleues (Les)
Ligue des Gentlemen Extraordinaires (La) - 1999-2000 - Volume I
Ligue des Gentlemen Extraordinaires (La) - 1999-2000 - Volume I
Royaume de Tolkien : Visions des Terres-du-milieu (Le)
Royaume de Tolkien : Visions des Terres-du-milieu (Le)