6.5/10Inversion - Tome 1

/ Critique - écrit par riffhifi, le 20/08/2009
Notre verdict : 6.5/10 - En allant vers l’endroit… (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Une histoire de réalité parallèle proposée par le vétéran Makyo et le nouveau venu Jerry. Un amuse-bouche engageant mais trop court, qui se contente de mettre les pions en place.

Le scénariste Makyo, jamais en retard d'une Balade au bout du monde, est un vieux de la vieille : co-créateur de Jérôme K. Jérôme Bloche, auteur complet de Grimion gant de cuir... En cette rentrée 2009, c'est en binôme avec le jeune dessinateur Jerry Hulard qu'il livre le premier tome (ne cherchez pas de jeu de mots entre tome et Jerry, on a déjà essayé) d'une nouvelle saga appelée
Inversion
.

Jehn Zalko, écrivain en mal d'inspiration, se détend en tirant à l'arc ou sa voisine Lola (hum). Cette dernière, prof de littérature, l'intimide autant qu'elle l'inspire, et il se promet de lui consacrer son prochain livre... Mais tandis qu'il se met au travail, en plein cœur de la nuit, tournicoti, tournicoton, il se retrouve happé dans un univers parallèle où les gens, sapés comme des zouaves, s'obstinent à l'appeler Jalko Zehn et à lui parler d'une certaine Bola (rien à voir avec l'instrument de travail des gauchos). Une fois revenu de ce qu'il considère comme un rêve, il réalise que d'étranges évènements se sont produits dans sa réalité...

Graphiquement, Jerry impose tranquillement un style réaliste sans vice, au découpage efficace. La mise en couleurs, par Irène Häfliger croisée récemment sur la série Hammerfall, est étudiée pour mettre en avant le contraste entre notre réalité limite grisâtre et le monde parallèle bardé de couleurs chatoyantes. De ce monde-là, on ne distingue pour l'instant qu'une poignée de personnages et de décors, qui semblent faire un certain nombre de vagues emprunts aux créations
de Moebius. Il est probable que l'on en verra davantage dans les prochains tomes : les bases sociales et politiques de cet alter-univers sont posées en quelques cases vers la fin de l'album.

C'est d'ailleurs dans ce statut d'introduction que réside le problème essentiel de ce premier volume : le héros découvre une réalité parallèle, il revient dans le sien et ne retrouve plus ses marques. En gros, le scénario correspond à 30% de l'épisode pilote de la série TV Sliders. Avant même que la plage de pub ne tombe, le spectateur de 1995 avait déjà avancé plus loin dans l'intrigue que le lecteur du premier tome d'Inversion. D'ailleurs, la couverture elle-même permet d'un simple regard de comprendre le principe, que le résumé de l'éditeur nous dévoile sans ambages : « Pour survivre, notre héros devra affronter son double d'un autre monde ». Donc 46 pages pour en arriver à ce point, c'est un tantinet décevant. A 13.95 la bande dessinée, on est en droit d'espérer pouvoir s'en mettre davantage sous la quenotte. Du coup, on attendra sagement le prochain volet (probablement pas avant l'été 2010) pour se prononcer sur les vertus d'une série techniquement bien racontée, mais visiblement pas encore mise sur orbite.

A découvrir
Les Formidables aventures de Lapinot - Tomes 1, 2, 3, 4 et 6
Les Formidables aventures de Lapinot - Tomes 1, 2, 3, 4 et 6
Sambre
Sambre
Joe Bar Team
Joe Bar Team