8/10L'intégrale n°5 de Jerry Spring

/ Critique - écrit par plienard, le 27/10/2012
Notre verdict : 8/10 - Jerry est fatigué (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Cinq albums composent la cinquième intégrale consacrée à Jerry Spring, parue aux éditions Dupuis en Aout 2012.

 


La couverture de l'intégrale.
Jerry contre KKK (parution dans le journal de Spirou en janvier 1966, et en album en 1986)

C’est en cherchant un abri contre la pluie que Jerry et Pancho arrivent devant la maison du noir Sandy Johnson. Ce dernier est apeuré par les menaces qu’il a reçues par un étrange groupe de cagoulés, le KKK. Nos deux amis vont sauver Sandy et sa femme d’une mort programmée. Mais le danger reste présent. Il n’est pas dit, pourtant, que Jerry laissera tomber un homme qui lui a offert l’hospitalité.

 

Le duel (parution dans le journal de Spirou en octobre 1966, et en album en 1984)

Jerry est envoyé à Fort Wood, dans le Nevada, pour empêcher le lieutenant Nagy de provoquer une nouvelle révolte indienne. Mais quand Spring arrive, la situation est désespérée et la seule solution pour lui et les hommes restant vivants dans le fort est de se sauver. À leurs trousses, ils auront rapidement le jeune chef indien Little-gun et ses guerriers. Vont-ils réussir à sauver leur peau ?

 


DR.
L’or de personne (parution dans le journal de Spirou en juin 1974, et en album en 1987)

Perdus dans le désert après s’être fait voler leurs vivres, Jerry et Pancho ont la chance de trouver, une nouvelle fois, sur leur route le jeune Chico (voir les albums El Zopilote et Pancho hors-la-loi). Ce dernier va leur permettre de reprendre des forces et de retrouver les deux voleurs. Après avoir réglé leurs comptes, une superbe jeune femme leur propose un travail de convoyage dans une région mal famée jusqu’au Rio Santana.

 

La fille du canyon (parution dans le journal de Spirou en mars 1976, et en album en 1977)

Pancho est accusé d’un meurtre qu’il n’a pas commis. Un avocat vient bien lui porter secours mais il est bien peu efficace. Le seul moyen qu’il va trouver pour le sauver, c’est de le kidnapper juste avant sa pendaison. Mas dans leur fuite, ils vont tomber dans un canyon où ils seront laissés pour mort.

 

Le grand calumet (parution dans le journal de Spirou en juin 1978, et en album en 1978)

C’est la suite immédiate du précédent album. Jerry et Pancho n’aspire, ici, qu’à une chose, se poser et devenir propriétaire d’un ranch. Sur leur route, ils vont trouver des bandits, des indiens et un olibrius du nom de von Rischönstein.

 

Cinq histoires que l’on pourrait décomposer en deux parties. Une première partie comprenant les deux premiers albums, Jerry contre le KKK et Le duel, où Jerry joue les redresseurs de tort, combattant les injustices et la ségrégation subie par les indiens, les noirs ou les mexs. Une seconde partie comprenant les trois autres albums où l’attitude de nos deux héros a totalement changé. Ils recherchent plus à la quiétude (qu’ils ne trouveront jamais) et vont vivre des aventures un peu plus surprenantes avec des personnages hauts en couleurs comme von Rischönstein ou Miss Jane Lloyd (La fille du canyon). Et si Jerry continue à aider son prochain, on sent qu’il recherche maintenant autre chose de la vie, de se poser avec son ami.


Dommage que le ridicule ne tue pas de temps en temps !.
L’introduction de personnages féminins est aussi une nouveauté dans les aventures des deux cow-boys, dans le sens où elles sont actives et non passives. Et cette présence modifie quelques peu le comportement de notre beau mâle, notamment dans La fille du canyon où il va flirter légèrement avec la belle Miss Lloyd.

Moins manichéennes, et plus dans l’air du temps – fin des années 60 et  milieu et fin des années 70 – les histoires montrent de nombreuses fois le problème de la tolérance et de la ségrégation que Jijé avait pu remarquer lors de son excursion en Amérique. Il donne aussi un côté plus humain à son héros qui n’est pas pour déplaire.

A découvrir
Tuniques bleues (Les)
Tuniques bleues (Les)
V pour Vendetta
V pour Vendetta
Sambre
Sambre