Glénat : Donald's happiest adventures, Le sentier de la guerre T1

/ Critique - écrit par plienard, le 18/07/2018

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Donald vit toujours d'aussi joyeuses aventures alors que les premiers habitants de l'Amérique est sur le sentier de la guerre.

Donald's happiest adventures - note : 8,5/10

Après Mickey et ses plus folles aventures, Lewis Trondheim et Nicolas Keramidas sont partis à la recherche de celles de Donald, l'autre personnage emblématique de Disney. Alors, bien sûr, celui-ci n'a pas l'aura positive de son ami la souris, mais il reste une valeur sûre.


© Glénat 2018.

 Et c'est ainsi que le malchanceux Donald va devoir partir à la recherche d'un trésor inestimable pour le compte de son oncle Picsou. Et ce trésor n'est rien d'autre que le bonheur ! Toute une série d'aventures qui vont conduire le canard à traverser un pays en dictature, escalader des montagnes et trouver différentes traces du bonheur.

Que Trondheim s'approprie le canard de Disney, cela n'est que la juste continuité d'une évidence. Et le dessinateur Keramidas montre aussi qu'il est bien un ancien des studios Disney.

 

Le sentier de la guerre - Tome 1 : Fort Buford - note : 8/10

Marc Bourgne est un auteur de bande dessinée complet. Dessinateur de quatre tomes d'IR$) et des personnages de la nouvelle saison de Michel Vaillant, il est aussi scénariste sur la série Les Pirates de Barataria. Il revient ici avec une nouvelle série chez Glénat, Le sentier de la guerre, un titre qui reprend une expression bien connue et qui caractérise l'engagement des peuples indiens d'Amérique dans le conflit qui les a opposé à leurs envahisseurs.


© Glénat 2018.

 Marc Bourgne part d'un point de vue original avec un personnage peu commun pour cette époque. Outre le fait qu'il soit peintre, ce personnage est aussi une femme, Diane Myers. Rendue célèbre par ses portraits de la bonne société de Washington, elle s'ennuie un peu à faire toujours la même chose. Elle ambitionne secrètement de peindre les indiens et s'oppose sans cesse aux idées de son père sénateur qui souhaite leur extermination. Contre l'avis de ses parents, elle va partir à la découverte de cette nation.

L'originalité de cette série et de son premier tome vient évidemment de son personnage principal, mais aussi de l'évolution de la situation qui vont mettre les indiens sur le sentier de la guerre.

Diane pourra-t-elle rester une farouche défenseur de leur cause ? On a hâte de le découvrir dans les prochains tomes.

 


Les couvertures des 2 albums - © Glénat 2018.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse