ATTENTION : CONTENU RESERVE A UN PUBLIC AVERTI

Les images et textes à caractère érotique, pornographique ou violent contenus dans cette page peuvent choquer certaines sensibilités. En consultant cette page, vous attestez être majeur au regard de la loi française et vous prenez vos responsabilités par rapport à son contenu.

CONSULTER QUITTER

7.5/10Giovannissima !

/ Critique - écrit par Maixent, le 06/10/2013
Notre verdict : 7.5/10 - Giovinezza (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Les travaux anciens de Giovanna Casotto sont réunis dans cet album.

Ca n’a pas toujours dû être évident d’être la première dessinatrice érotique italienne mais Giovanna Casotto a réussi à imposer son style reconnaissable, devenant une figure de proue de la bande dessinée érotique. Après trois albums aux titres évocateurs, Oh ! Giovanna !, Giovanna ! Si ! et Giovanna ! Ah ! déjà parus, Dynamite propose à son lectorat un album deux fois plus épais que les précédents reprenant des travaux plus anciens mais déjà avec ce style hyper-réaliste qui a fait le succès de l’auteur. En effet, dès le début de sa carrière, l’héroïne de ces historiettes et l’auteur se confondent. On sait que Giovanna Casotto travaille d’après photos, étant son propre modèle, se mettant en scène dans des situations à la fois burlesques et d’une intense force érotique. N’hésitant pas à jouer de ses charmes dans une vision fantasmée de la réalité, se donnant les traits d’une femme fatale joueuse et mutine, jouisseuse avant tout.

L’album est moins chargé au niveau fetish que ceux qui suivront, étant à
Mauvaises habitudes
même de séduire un plus large lectorat. On trouve certes des gros plans sur les pieds ou la pilosité des personnages féminins mais avec moins d’insistance que les autres opus. Le style est plus brouillon, la ligne directrice moins claire, ce qui donne d’autant plus de charme à l’ensemble. Une jouissance de l’instant, parfois peu maîtrisée, un coït impromptu qui laisse sans voix, loin des mises en scènes, avec plus de spontanéité dans la narration et dans le trait. La composition est moins travaillée. Il y a moins de pleines pages ou de débords sur la case d’à côté. On perçoit les coups de crayon des esquisses sans un travail de retouche à l’ordinateur, ce qui permet de suivre la progression d’un auteur qui affine son style, de prendre la mesure
Giovanna dans son intimité
d’un travail sur le long terme. Mais déjà le choix des angles et des cadrages est important, sublimant l’érotisme sans équivoque de l’ouvrage. On notera également l’absence de couleur. Alors que les autres albums happent le lecteur avec des ongles et des bouches d’un rouge éclatant, celui-ci reste dans la sobriété (ou l’absence de budget pourrait on dire). On est donc moins dans le clinquant avec des effets de style aguicheurs mais plutôt dans un suivi linéaire, un développement de l’imaginaire sur le long terme.

 

C’est donc un album bourré de maladresses, avec des idées non abouties, des traits en trop et des personnages parfois peu maîtrisés mais qui pose les bases d’un travail précieux à venir, dans lequel s’entrevoit déjà un monde à part et facilement identifiable. On reste sensible aux charmes des débuts sans parler des charmes de la délicieuse bien que parfois perfide et manipulatrice Giovanna.
Jouons avec les poires

A découvrir
Sambre
Sambre
Les Formidables aventures de Lapinot - Tomes 1, 2, 3, 4 et 6
Les Formidables aventures de Lapinot - Tomes 1, 2, 3, 4 et 6
Joe Bar Team
Joe Bar Team