9/10Garfield

/ Critique - écrit par juro, le 10/08/2004
Notre verdict : 9/10 - Attention chat méchant ! (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 5 minute(s) - 12 réactions

Cynique, paresseux, goinfre, égocentrique, cruel...

Jim Davis a eu une idée de génie en 1978, narrer la vie d'un gros matou orange, casanier, à l'humour particulièrement décapant. La vie d'un chat n'a jamais semblé aussi peu active que dans Garfield mais elle n'est jamais apparue aussi caustique avec un mélange de situations drôles dues à la combinaison de plusieurs personnages d'anthologie si bien que le chat le plus cynique de la bande dessinée est aujourd'hui mondialement reconnu et a connu la gloire d'une éphémère adaptation TV durant les années 80 et prochainement une version cinématographique dès le 11 août. Ce succès n'est pas immérité car à travers ces longues années de carrière dans des strips en trois cases, Garfield s'est forgé une réputation qui rassemble un large public amateur des plus simples blagues car c'est bien connu, les plus courtes sont les meilleures...

« Je hais les lundis »

garfield3b_08032006_250.Il n'y a pas donc pas de scénario aux aventures de Garfield sinon les expériences vécues durant sa vie quotidienne (excepté un album dont le film s'inspire). Accompagné de son maître Jon et de son meilleur ennemi le chien Odie auxquels il en fait voir des vertes et des pas mûres, le gros chat est à la fois cynique, paresseux, goinfre, égocentrique, cruel... Ses défauts le rendent drôle d'autant plus que sa malice et son intelligence féline le place largement au dessus de tout être vivant au sein de SA maison. SA maison car maître à la place du maître au sein du domicile, il cohabite avec les deux sous-doués plutôt par intérêt que par envie. Même si un amour immuable coexiste entre les trois, se faire la guerre est bien plus amusant et ridiculiser l'un (Jon le plus souvent même si cela se révèle relativement trop facile) revient à donner une grande jouissance au lecteur. Les joies d'une vie de chat sont exposées à travers la vision ironique de Garfield qui observe en tant que seul être éclairé ce qui se passe autour de lui, avec le plus grand cynisme qu'il soit possible de constater.

Si le ton de la bande dessinée s'arrêgarfield13_21022002_250.tait là, elle ne serait peut-être pas parvenu à atteindre cette reconnaissance mais grâce à une nette évolution marquant la carrière de Garfield au sein de sa longue carrière de plusieurs dizaines d'albums. Si les premiers volumes ne sont pas très appétissants au niveau du dessin, il convient de constater un grand pas en avant rien qu'au niveau des proportions et de l'expression des personnages par la suite. Utilisant pratiquement toujours un fond unicolore et des tons simples pour les coloris de ses personnages, ce n'est pourtant pas du point de vue graphique que Jon Davis, et son trait arrondissant, voire boudinant les personnages, parvient à les sublimer mais bel et bien par la qualité des répliques entre les personnages ou les situations aux tons caustiques. En effet, les monologues philosophiques de Garfield sur des thèmes comme la paresse resteront dans l'anthologie de la bande dessinée tellement ils sont criants de vérité et touchent avec justesse le point sensible de notre conscience.

Chat rigole et chat souris

Les personnages sont bien évidemment les porte-drapeaux de l'humour de Garfield par leurs personnalités diverses. Un trio qui fait merveille avec le maître totalement stupide, le chien qui passe plus de temps à baver qu'à respirer et ce chat magnifique cumulant à peu près tous les plus grands vices. Aux récurrents, on peut ajouter les « guests » comme Pooky, la peluche à valeur sentimentale de Garfield, Liz la vétérinaire résistant tant bien que mal au « charme » de Jon, Nermal autoproclamé « le chaton le plus mignon du monde », Arlene dont le gros cube orange représente l'amoureux transit et la famille de Jon, bande de ploucs perdue au fin fond de la campagne étasunienne.

garfield33_21022002_250.Paraissant dans la presse américaine, chaque gag de la BD correspond à une période de l'année ainsi on trouve une récurrence en ce qui concerne les fêtes comme Halloween, Noël et tous les autres moments d'importance d'une vie d'Américain moyen. La répétition pourrait entraîner un agacement mais Davis a le mérite de se renouveler. D'autres thèmes reviennent constamment comme le régime, la hantise du lundi, la chasse mollassonne aux animaux arpentant les couloirs de la maison, l'heure du dîner... La chute est pratiquement toujours au rendez-vous et les trois quarts du temps, un bon gros sourire (ou un rire bien gras) parvient à être décoché sur le visage du lecteur.

Posé en tant que rival de Snoopy lors de sa première parution, Garfield est aujourd'hui un modèle du genre qui a largement servi d'inspiration à des séries comme Nelson mais les ersatz n'ont jamais pu atteindre la cote du trio infernal mené par le chat qui ne réussira jamais un régime... sauf Calvin & Hobbes mais dans une autre dimension. L'adaptation filmique s'avérant être catastrophe, rien ne vaut un album du plus grand fainéant devant l'éternel pour faire passer un bon moment.


Liste des albums (mise à jour au 22 juillet 2009) :

Tome 1 - Garfield prend du poids (1984)
Tome 2 - Faut pas s'en faire (1984)
Tome 3 - Les yeux plus gros que le ventre (1985)
Tome 4 - La faim justifie les moyens (1985)
Tome 5 - Moi, on m'aime (1986)
Tome 6 - Une lasagne pour mon royaume (1987)
Tome 7 - La diète, jamais
(1987)
Tome 8 - Qui dort, dîne ! (1989)
Tome 9 - La bonne vie ! (1990)
Tome 10 - Tiens bon la rampe (1990)
Tome 11 - Ah ! le farniente (1990)
Tome 12 - Fainéant et gourmand (1990)
Tome 13 - Je suis beau (1991)
Tome 14 - Garfield lave plus blanc (1992)
Tome 15 - Garfield fait boule de neige (1992)
Tome 16 - Garfield fait feu de tout bois (1993)
Tome 17 - Garfield n'est pas un cadeau (1993)
Tome 18 - Garfield dort sur ses deux oreilles (1994)
Tome 19 - Garfield travaille du chapeau (1994)
Tome 20 - Garfield ne se mouille pas (1995)
Tome 21 - La soupe est froide (1995)
Tome 22 - Garfield n'oublie pas sa brosse à dent (1996)
Tome 23 - Garfield est un drôle de pistolet (1996)
Tome 24 - Garfield se prend au jeu (1997)
Tome 25 - Garfield est sur la mauvaise pente (1997)
Tome 26 - Ca déménage ! (1998)
Tome 27 - Garfield se la coule douce (1998)
Tome 28 - Garfield fait des vagues (1999)
Tome 29 - En roue libre (1999)
Tome 30 - Dur de la feuille (2000)
Tome 31 - Ma soupière bien aimée (2000)
Tome 32 - Le début de la faim (2001)
Tome 33 - Garfield a une idée géniale (2001)
Tome 34 - Garfield mange plus vite que son ombre (2002)
Tome 35 - Demandez le programme (2002)
Tome 36 - Tout schuss (2003)
Tome 37 - C'est la fête ! (2003)
Tome 38 - Chat Académie (2004)
Tome 39 - Garfield fait son cinéma (2004)
Tome 40 - Garfield fait le poids (2005)
Tome 41 - Garfield va au panier (2005)
Tome 42 - Devine qui vient dîner ce soir ? (2006)
Tome 43 - The king (2006)
Tome 44 - Un amour de lapin (2007)
Tome 45 - Où est Garfield ? (2007)
Tome 46 - Gourmand, moi ? (2008)
Tome 47 - Un peu, beaucoup, à la folie (2008)
Tome 48 - Au travail ! (2009)
Tome 49 - A table ! (2009)

A découvrir
Ligue des Gentlemen Extraordinaires (La) - 1999-2000 - Volume I
Ligue des Gentlemen Extraordinaires (La) - 1999-2000 - Volume I
Sambre
Sambre
Les Formidables aventures de Lapinot - Tomes 1, 2, 3, 4 et 6
Les Formidables aventures de Lapinot - Tomes 1, 2, 3, 4 et 6