8.5/10Flash Gordon - 1937-1941 - Un Flash toujours aussi spécial !

/ Critique - écrit par Canette Ultra, le 14/11/2013
Notre verdict : 8.5/10 - Du tonnerre ! (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 5 minute(s) - laisser un commentaire

Flash Gordon est une légende du comics et il le prouve bien avec cet album qui recueille ses aventures de 1937 à 1941. Un album culte pour tous les amateurs d'aventures mais aussi de comics strips.

Parmi les membres de la vénérable famille des comics, nous avons aussi ce que l’on pourrait appeler « les pères fondateurs ». Ces héros qui ont fait vibrer des générations entières de lecteurs avant même le fameux âge d’or des super-héros (1937-1950). Création de l’Américain Alex Raymond, Flash est né en 1934 pour répondre aux besoin de King Features qui cherchait un moyen de concurrencer Buck Rodgers. Succès immédiat pour Raymond mais également pour Don Moore qui a aidé Raymond pour l’écriture et l’élaboration du personnage. Très vite, Flash est adapté à la radio et au cinéma. Il devient une icône et, pour prendre un grand raccourci, il continue encore de vivre des aventures. Le personnage et le talent de Raymond (à l’écriture et au dessin) ont influencé bon nombre d’artiste. De Jack Kirby à Georges Lucas, l’impact de Flash Gordon est indéniable. Pour honorer le héros et perpétuer sa gloire, Soleil, sous son label L’Âge D’Or, réédite les aventures de Flash Gordon dans des intégrales. Nous avons pu lire (et relire) la deuxième intégrale qui couvre la période le 25 avril 1937 et le 12 janvier 1941. L’Europe est donc une poudrière qui va entrer dans la seconde guerre mondiale tandis que les USA ne sont pas encore entrés en guerre. La période que nous allons voir (37-41) est une période qui va être une course aux héros à l’instar de Superman (1938), The Flash (Jay Garrick) (1940), Batman (1939) ou encore Captain America (1941) et Namor (1940).Flash Gordon - 1937-1941 - Un Flash toujours aussi spécial !
Pas mal comme cabane dans un arbre !

Avant ce tome, Flash Gordon, pour échapper à une pluie de météorites avec la belle Dale Arden, suit le professeur Zarkov à bord d’une fusée. Celle-ci se retrouve sur la planète Mongo dirigée par Ming l’inflexible. Flash, défenseur des libertés et athlète accompli, décide de libérer le peuple opprimé. Il devient l’allié des hommes lions ou du prince Barin qui devient même le mari de la princesse Aura (la fille de Ming). On peut dès lors attaquer la lecture de ce tome même si le style d’écriture de Moore et Raymond permet de ne pas être perdu et de rappeler les évènements passés à divers moments. Pratique si l’on débarque sur la série au tome 2. J’ai retenu trois partie à cette imposante intégrale. Tout d’abord la lutte contre Ming chez Barin et dans les abords de la capitale de Ming. Une partie assez grisante avec son lot de traîtres et la résistance habile des alliés de Flash. Ming sera même capturé mais une énième traîtrise va sauver l’empereur. La seconde partie tranche véritablement avec la première puisque nous partons avec Flash, Dale et Zarkov pour le royaume des glaces de la reine Fria. Une construction assez classique avec trio amoureux et une partie de chasse riche en rebondissements. Dale sera assez désarmante puisqu’elle se fera allégrement manipuler par Fria ou un comte jaloux de Flash. On attaque après la troisième partie où après une habile transition, Flash retourne combattre Ming au cœur de la capitale afin de sauver la belle Dale. Une nouvelle fois, Flash va se constituer un réseau de résistants qui va subir les affres de la trahison et le courroux de l’empereur. Le chassé-croisé entre Ming et Flash sera le cœur de cette partie résolument tournée vers l’action et la guerre (le reflet de la période puisque nous sommes en 39/40) au moment de l’intrigue).Flash Gordon - 1937-1941 - Un Flash toujours aussi spécial !
Flash est un séducteur sans précédent même s'il ne le fait pas exprès ! 

Ce que je retiens de l’ensemble, c’est la force des rebondissements. En effet, chaque page contient le strip de l’époque soit huit cases que le lecteur lisait fébrilement avec son journal. Il devait dès lors attendre une semaine avant d’avoir la suite. Raymond parvient donc à faire avancer l’intrigue et à plonger 99 fois sur 100 le lecteur dans une attente insoutenable. Flash est ainsi laissé pour mort une tripotée de fois, un traître s’apprête à le tuer ou encore Ming annonce un piège dans lequel Flash se retrouve. C’est ainsi très prenant à lire. Ayant lu la majorité de l’album dans le train, je devais donc attendre un prochain trajet pour connaître la suite d’une intrigue. Ce qui laisse cependant perplexe, c’est la naïveté du héros. Flash est un vrai gentil : il est toujours là pour réconforter ses amis, il sauve quiconque à besoin d’aide, il ne tue pas de sang-froid et il est toujours prêt à pardonner aux plus vils personnages. Ces derniers n’hésitent pas à trahir Flash plusieurs fois de suite. Cela entraîne d’ailleurs de nombreuses conséquences funestes pour les alliés de Flash qui continue de croire en la bonté humaine. C’est peut-être aussi pour cela que le peuple est toujours prêt à l’aider. On se demande même comment Ming peut encore avoir des soutiens tellement Flash est sympa. De même, aucune femme ne semble résister au héros qui demeure fidèle à Dale en toute circonstance. Cet amour entraîne bien souvent la jalousie de prétendants prêts à tout pour supprimer leur chaste rival. Il est vrai que ce dernier a toutes les qualités et bien rares sont les moments où d’autres personnages peuvent connaître leur moment de gloire. Certains essaient avec plus ou moins de succès comme l’un des princes d’Arborea à qui Flash confiera le cœur de Fria.Flash Gordon - 1937-1941 - Un Flash toujours aussi spécial !
Même en peignoir, il sait avoir l'air classe ! 

Ceci dit, Flash reste un humain donc il sera régulièrement blessé, capturé ou assommé. Sa force viendra de son audace, de sa dextérité et de ses capacités de rassemblement. Un héros, un vrai ! Contexte de l’époque oblige, il ne parviendra pas à comprendre les femmes mais il n’est pas le seul dans ce cas. Ces dernières sont avant tout des « belles en détresse » qui ne se battent pas (ou peu si l’on considère une séquence vers la fin). Néanmoins, elles ne sont pas forcément des potiches puisque celles que l’on voit dans le récit occupent des postes à responsabilités comme reine, princesse, lieutenante dans la résistance. Cela dit, elles ne sont pas représentées en masse dans cet album. Sûrement une conséquence du mépris de Ming pour les femmes (tout comme il méprise les gens chevelus).Flash Gordon - 1937-1941 - Un Flash toujours aussi spécial !
Un diner presque parfait ? 

Il est intéressant de constater que si le design des vaisseaux et des armes à un côté très kitsch allant de Buck Rodgers à Errol Flynn, les graphismes ont toutefois leurs charmes. En effet, le travail de Raymond est impeccable et on sent qu’il n’a pas lésiné sur les heures de travail pour s’inspirer de modèles réels ou pour donner de la vie à ses séquences d’actions. Cela résume bien l’intérêt et l’inspiration qu’il a suscité aux artistes qui suivront. Cette intégrale est donc un must have pour les amateurs de héros. Le suspense effréné de chaque page et l’action sans cesse en marche mettra ainsi des étoiles dans les yeux de petits et grands malgré le temps qui a passé depuis l’édition originale de ces planches.Flash Gordon - 1937-1941 - Un Flash toujours aussi spécial !
Un petit côté Erroll Flynn chez Arboréa ? 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse