7/10C'est pas du Van Gogh mais ça aurait pu...

/ Critique - écrit par plienard, le 14/10/2011
Notre verdict : 7/10 - Bruno Heitz a la bonne fréquence (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Jean-Paul est à la recherche du passé de son oncle pendant la guerre. Il part à Arles sur les traces de Georges et de ... Van Gogh. Bruno Heitz signe ici un album comme il sait si bien les faire. Humour et polar sont au rendez-vous.

Après avoir failli tuer De Gaulle, Jean-Paul se la coule douce chez sa tante Ninine en Lorraine. Et v’la t’y pas que la tatie tient un journal au jour le jour, une sorte de journal intime. Disons plutôt un journal de bord. Si au départ, elle accepte de lire ses notes à son neveu, celui-ci sent qu’elle lui cache quelque chose concernant son oncle Georges. Un sorte d’histoire de famille oubliée ou cachée  sur le voyage du tonton jusqu’à Arles durant la guerre. Jean-Paul qui commence à s’ennuyer un peu, part alors sur les traces de cet oncle.

C'est pas du Van Gogh mais ça aurait pu...
DR.
Chez Krinein, on aime Bruno Heitz. Pour son dessin et surtout son talent à nous raconter des histoires. Après J'ai pas tué De Gaulle mais ça a bien failli et un privé à la cambrousse, il nous gratifie de la suite des aventures de Jean-Paul dans C’est pas du van Gogh mais ça aurait pu. Si l’auteur a du talent pour les histoires, il n’en a pas pour les titres courts. Je plaisante évidemment, car ses titres à rallonge sont maintenant comme une marque déposée qui permet d’identifier l’auteur.

On va suivre son personnage sur les pas de son oncle et de ... Van Gogh, évidemment. Car le titre a le mérité aussi de donner d’infimes informations. Et si on a du mal à voir le rapport entre Jean-Paul et Van Gogh, Bruno Heitz va se faire une joie de nous l’expliquer. Dans cette France ancienne des années 60-70, où Jean-Paul va encore s’attirer des ennuis et pas des moindres. Il va être suspecté de meurtres, voler des voitures et assommer un taxi.

Le lecteur se laisse porter par le récit de ces aventures entre polar et humour. Un poil roublard, un poil simplet, Jean-Paul a l’art de se mettre dans les emmerdes, même avec les bonnes sœurs. Il faut dire que les religieuses de Bruno Heitz ne sont pas très catholiques.

Les éditons Gallimard nous propose une nouvelle histoire de Bruno Heitz. Déjà un troisième album en 2 ans, c’est une bonne fréquence pour suivre un bon auteur.

C'est pas du Van Gogh mais ça aurait pu...
DR.

A découvrir
Sambre
Sambre
Caste des Méta-Barons (La)
Caste des Méta-Barons (La)
V pour Vendetta
V pour Vendetta