4.5/10Elysée République - Tome 1 - Secret présidentiel

/ Critique - écrit par iscarioth, le 01/04/2007
Notre verdict : 4.5/10 - Aujourd'hui, nous fêtons la république ! (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - 4 réactions

Les lecteurs à la recherche d'un récit type policier/action bien rythmé pourront trouver satisfaction.

C'est pas beau de mentir. Vraiment pas beau, on nous l'apprend dès l'enfance. Il faudrait rappeler la chose au Journal du Dimanche, qui se fourvoie complètement en apposant à cette nouvelle série de chez Casterman, décidemment en pleine reconversion mainstream (voir aussi la sortie de Trust), un sticker clamant : « la 1ère fiction BD réaliste sur la politique française ». Bon dieu, la politique française, ce n'est donc pas une bande d'octogénaires bavant de sommeil sur les bancs de l'assemblée nationale, mais une aventure dynamique n'ayant rien à envier à la rythmique d'une folle journée de Jack Bauer ?

Pour faire passer la politique française du conte soporifique à l'épopée grandiose, il suffisait d'injecter dans ce petit monde un néo-Kennedy de surface. Constant Kérel a tout du parfait héros post-XIII. C'est un homme droit, bon, juste, intègre, humaniste et doté de tout un tas d'autres qualités qu'on ne peut pas continuer à énumérer, faute à un rationnement en virg53710_250.ules par article. L'oeil vif marqué d'une cicatrice (ça fait bad boy), la silhouette sexy, la mèche politicienne (mais pas ringarde), Constant, tel un centriste aux larges oreilles bien connu des français, cherche à rassembler la droite et la gauche, et à passer outre une stratification politique qu'il juge inappropriée. L'homme a du charisme à revendre par tonne, il fédère et jette un gros pavé dans la mare en proposant un projet de loi visant à donner un statut professionnel aux prostituées. Seulement voilà, quand on est aussi doué, on finit forcément par déranger du monde. En l'occurrence, le président sortant, préparant sa réélection, voit d'un très mauvais oeil l'ascension du jeune coq. Pour l'écarter, il fait kidnapper sa fille, rien que ça.

Réaliste, Elysée république ? Le monde de la politique française ressemble donc à une mauvaise comédie d'action, comme on en voyait par dizaine dans les années quatre-vingt-dix ? Elysée république est un amas de clichés tel, que seuls les amateurs les plus forcenés de navets sauront s'en délecter. On a droit à de très gros plans machiavéliques, à une brochette de personnages tous plus stéréotypés les uns que les autres. Le garde du corps massif à la gueule de dealer péruvien, la petite fille top mimi, le frère gouailleur, marin et breton, le président dont le faciès n'a rien à envier à ceux de Jack Nicholson et Christopher Walken... Pour soutenir une crédibilité et s'ancrer dans le « patrimoine républicain », Elysée république est d'une teneur très documentée. 53713_250.On fait souvent référence aux anciens présidents et rois de France, et les dialogues sont gonflés en sigles en tous genres. Cette caractéristique est bien loin de suffire à la prétention d'un quelconque « réalisme ».


Que dire de positif sur Elysée république ? Les lecteurs à la recherche d'un récit type policier/action bien rythmé pourront trouver satisfaction. Quant à ceux qui cherchent à sortir des sentiers battus, à éviter de réingérer des clichés rabâchés... Ils savent qu'ils peuvent garder leur argent.

A découvrir
Sambre
Sambre
Les Formidables aventures de Lapinot - Tomes 1, 2, 3, 4 et 6
Les Formidables aventures de Lapinot - Tomes 1, 2, 3, 4 et 6
Caste des Méta-Barons (La)
Caste des Méta-Barons (La)