Comicschool #9 : 2099

/ Article - écrit par riffhifi, le 09/01/2009

Temps de lecture estimé de l'article : 4 minute(s) - 4 réactions

Nous voilà déjà le 9 janvier 2009. Quel meilleur jour pour ce Comicschool #9 consacré à 2099, l'univers créé par Marvel dans les années 90 ?... L'expérience dura moins de cinq ans (de 1992 à 1997), mais laissa un souvenir durable chez les lecteurs de l'époque malgré la qualité inégale des séries proposées.

Dans un futur assez crédible mâtiné de cyberpunk, les USA sont régentés par la corporation Alchemax et ses dirigeants peu scrupuleux. Mus exclusivement par le profit, peu soucieux de l'écologie et des problématiques humaines, les tronches de 2099 tiennent sous leur coupe un peuple soumis à la grisaille ambiante. Dans ce
DR.
contexte, deux phénomènes vont émerger : la résurgence d'une religion nordique oubliée (le culte du dieu Thor en tête, folklore Marvel oblige) et le retour d'une vague de super-héroïsme qui fait écho à celle du passé (donc pour nous, le présent, vous suivez ?). C'est ainsi qu'apparaissent un nouveau Spider-man, un nouveau Punisher, de nouveaux X-men...

Le premier titre à atteindre les librairies fut Spider-man 2099, concocté par le scénariste Peter David et le dessinateur Rick Leonardi. Riche et fun, la série restera la meilleure vente au cours des cinq ans de 2099 : on y suit les déboires de Miguel O'Hara, un jeune biochimiste aussi malchanceux que Peter Parker mais doté d'une dose de cynisme plus importante. Produit d'une expérience ratée façon La mouche, Miguel a absorbé les capacités physiques d'une araignée, y compris celle de produire de la toile de façon organique (une idée qui sera reprise par Sam Raimi pour son film sur le vrai Spider-man, à la place des lanceurs de toile artificiels). Entre son frère accro à la réalité virtuelle et son assistante holographique Lyla tombée amoureuse de lui, le héros doit échapper à la fois aux hommes d'Alchemax et aux adorateurs de Thor, qui voient en lui un héraut de leur dieu.

Dans la foulée de ce nouveau Spider-man, deux personnages moins évidents sont futurisés : le Punisher s'appelle Jake Gallows et s'avère aussi furieux que son modèle Frank Castle, tandis que Doom (Fatalis en v.f.) est le vrai dictateur de Latvérie, et entend bien reprendre son trône par la force. Doom 2099 fricote habilement avec la partie cybernétique de l'univers futuriste, et propose un personnage plus complexe que le super-vilain auquel on était habitué.

Seul personnage à ne pas être dérivé d'un équivalent existant, Ravage est une création de Stan Lee lui-même. Défenseur de l'écologie soumis à une mutation qui le rapproche de l'animal, Ravage le rouquin ne convainc guère les lecteurs, et le titre peine à maintenir l'intérêt après le départ de Stan Lee.


DR.
Plus intéressant, le X-men 2009 lancé près d'un an après Spider-man possède de nombreux atouts : les dessins de Ron Lim, une galerie de personnages éclectiques... bien que possédant très peu de points communs avec les X-men qui les ont précédés. On trouve cependant quelques parallèles : un leader charismatique mais torturé, un jeune homme qui peine à maîtriser son pouvoir destructeur, un colosse qui peut se changer en métal, un héros ailé (bien qu'il n'y ait aucune ressemblance physique entre le beau gosse Warren Worthington et le pustuleux Bloodhawk)... Mais à force de vouloir faire évoluer la composition de l'équipe trop vite (un décès, une métamorphose, un changement de camp...), le scénariste John Francis Moore (également aux manettes de Doom 2099) s'égare un peu. Cette cinquième série arriva juste à temps pour participer au crossover Fall of the Hammer, consacrée à la dangereuse imposture des faux dieux Thor et Loki.

Les ventes insuffisantes poussent Marvel à multiplier les titres pour solidifier l'univers en construction on vit ainsi apparaître Ghost Rider 2099 en mai 1994, Hulk 2099 en décembre 1994 et Fantastic Four 2099 en janvier 1996. Peine perdue : les meilleurs titres restent Spider-man 2099, Doom 2099 et X-men 2099, et leur popularité n'est pas assez grande pour assurer la pérennité de l'effort.

Une bonne partie des titres 2099 furent édités en France à l'époque par Semic, sous la forme d'un magazine dédié qui présentait trois séries en parallèle. On peut toujours rêvasser à l'idée que Panini reprenne aujourd'hui l'intégrale en quelques volumes bien sentis.

En 2004, le scénariste Robert Kirkman a repris la date pour sa collection Marvel Knights 2099, mais les histoires ne sont pas liées à l'univers 2099 original, et les personnages abordés constituent une nouvelle galerie (Daredevil, la Panthère Noire).

A découvrir
V pour Vendetta
V pour Vendetta
Royaume de Tolkien : Visions des Terres-du-milieu (Le)
Royaume de Tolkien : Visions des Terres-du-milieu (Le)
Sambre
Sambre