Comicschool #3 : les super-héros Made in France

/ Article - écrit par riffhifi, le 27/06/2008

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - 9 réactions

Le seul super-héros 100% français, on le sait, s'appelle Superdupont. Mais dans les années 80, on vit fleurir deux cas de "faux comics" hexagonaux, que le lecteur pouvait facilement prendre pour des traductions de bandes dessinées américaines : toutes deux apparues dans le mensuel Mustang, ces séries migrèrent par la suite dans les nouvelles publications de l'éditeur lyonnais Lug. La première, appelée Mikros, fit les beaux jours de Titans, tandis que Photonik s'en allait occuper les pages de Spidey.

Les deux héros virent le jour la même année, en 1980, sous l'impulsion de l'éditeur de Lug : Marcel Navarro. Celui-ci, né en 1922, avait déjà un long historique de bandes dessinées signées sous différents pseudos américanisés (il avait même créé un pseudo super-héros appelé Fantax en 1946) ; c'est donc tout
"On nous a dit qu'il fallait être
audacieux pour les costumes..."
naturellement qu'il utilise le nom de "Malcom Naughton" pour créer Mikros en compagnie de Jean-Yves Mitton, qui signe alors "John Milton". Bien vite, Mitton reprendra son véritable nom, tandis que Navarro continuera à se faire passer pour un Américain. Mikros, le "titan microcosmique" (de son véritable nom Mike Ross, attention l'identité secrète) est un chercheur de Harvard qui s'est vu transformer en super-héros insectoïde par des extraterrestres appelés les Svizz (rien à voir avec les Helvètes), en même temps que ses amis Priscilla Conway (devenue Saltarella) et Bobby Crabb (métamorphosé en Crabby, l'homme à la pince géante, drapé des couleurs américaines !). Leur pire ennemi sera Psi, qui est en réalité un Français (!) emmitouflé dans le nom pompeux de Raoul de Rauquemaure : on le retrouvera dans un spin-off futuriste de Mikros appelé Epsilon. La série Mikros dura de 1980 à 1986, et fut reprise contre toute attente en 2007 chez l'éditeur Organic Comix, avec Reed Man au dessin.

Pas de jeu de mots sur le nom de cet homme, pitié...
Pas de jeu de mots sur le
nom de cet homme, pitié...
Photonik, s'il est lancé sur l'initiative de Marcel Navarro, est en revanche la création complète de Ciro Tota (qui signait alors Cyrus Tota) : Taddeus Tenterhook, étudiant bossu et rejeté de ses pairs, se transforme en Photonik "l'homme-lumière" lorsqu'il est soumis à une forte luminosité. Il devient alors grand et beau, pourvu de cornes au menton, et capable de voler ainsi que de projeter des "rayons photoniques" (ça vous épate hein ?). Ses alliés sont un papy appelé Nazel D.D. Ziegel, et un gamin surnommé Tom Pouce. Lui aussi publié de 1980 à 1986, Photonik a fait l'objet d'une réédition très partielle chez Delcourt au début des années 2000. Certaines histoires ont été écrites et dessinées par Jean-Yves Mitton, pour équilibrer la lenteur légendaire de production de Tota.

On pensera ce qu'on veut de ces deux séries, mais une question reste en suspens depuis plus de 25 ans : pourquoi nous bassine-t-on avec le fait que les trois héros de Mikros soient transformés en insectes, alors que le crabe est clairement un crustacé ?...

A découvrir
Joe Bar Team
Joe Bar Team
Les Formidables aventures de Lapinot - Tomes 1, 2, 3, 4 et 6
Les Formidables aventures de Lapinot - Tomes 1, 2, 3, 4 et 6
Sambre
Sambre