8.5/10Cinq branches de coton noir

/ Critique - écrit par plienard, le 17/02/2018
Notre verdict : 8.5/10 - Le coton n'a pas de couleur !

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Une grande BD avec une grande histoire pour les 30 ans de la collection Aire libre.

La collection Aire Libre des éditions Dupuis commence la célébration de leur 30ième anniversaire de fort belle manière avec cette histoire signée Yves Sente et dessinée par Steve Cuzor. Cinq branches de coton noir est un récit fictif sur la création du premier drapeau américain, mais il porte tellement de belles valeurs qu'on aimerait qu'il contienne une part de vérité.


© Dupuis 2018.

 Lincoln Bolton, Aaron Johnson et Tom Connor, trois américains noirs végètent dans l'armée des Etats-Unis en mai 1944, en marge des préparatifs du débarquement. Ils aspirent à prendre part activement au conflit, mais l'état-major "blanc" n'entend pas utiliser ces hommes autrement que pour les basses besognes. L'occasion va pourtant leur être donnée de montrer leur bravoure et leur courage. La sœur de Lincoln Bolton a découvert les notes d'une ancienne servante de couleur, Angela Brown, qui aurait caché une étoile noire dans le premier drapeau de l'Amérique indépendante. Ce drapeau aurait été retrouvé en Europe et serait maintenant entre les mains des nazis. Ce coup de pouce du destin va changer l'existence de ces trois hommes et vont partir en première ligne à la recherche d'un major nazi.

C'est un récit par moment bouleversant que Steve Cuzor et Yves Sente nous proposent ici. L'histoire est coupée en deux avec une première partie sur l'origine de cette étoile noire, durant le conflit pour l'indépendance des Etats-Unis et une seconde partie revenant sur le parcours des trois soldats noirs. Tout ceci sur fond de lutte contre le racisme et de revendication des noirs américains. La première partie est tout à fait émouvante sur l'existence de ces deux frères et cette sœur (celle qui va coudre l'étoile noire) noirs et fait une exposition sur leur condition de vie. 70 ans plus, l'esclavage est aboli mais le peuple réclame encore de la reconnaissance et certains sont prêts à se battre pour leur pays. C'est ce combat et cette volonté qu'on retrouve ici avec le trait de Steve Cuzor qui prend l'option de personnifier ses trois principaux personnages avec le portrait d'acteurs américains (Denzel Washington, Forest Withaker …). Une option qui a l'avantage de donner du crédit aux personnages mais qui donne à l'histoire un côté cinématographique hollywoodien qui lui fait perdre en authenticité.

Car, et c'est tout l'avantage de ce bel album, on s'immerge totalement dans l'histoire et on prend du plaisir à croire que cela est entièrement tiré de faits historiques réels. La fin nous ramène malheureusement à la raison.


La couverture de l'album - © Dupuis 2018.

 

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse