ATTENTION : CONTENU RESERVE A UN PUBLIC AVERTI

Les images et textes à caractère érotique, pornographique ou violent contenus dans cette page peuvent choquer certaines sensibilités. En consultant cette page, vous attestez être majeur au regard de la loi française et vous prenez vos responsabilités par rapport à son contenu.

CONSULTER QUITTER

6.5/10Chaleurs Estivales

/ Critique - écrit par Maixent, le 09/08/2015
Notre verdict : 6.5/10 - Voilà l'été (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Une série d'historiettes enjouées sur la sexualité.

Après un Parfum de Printemps, passons à l’été, même si les titres, à l’instar des couvertures, n’ont pas grand-chose à voir avec le sujet. En effet, Ikna, utilise le même procédé malhonnête que dans le premier tome, soit une couverture et des illustrations pleine page vraiment sympas mais un dessin général assez moyen, bien que de meilleure qualité.


Photos de vacances

Les illustrations donc,  sont toujours intéressantes, un peu troublantes. Des photos de gamines retravaillées sous photoshop, leur donnant un caractère irréel et une touche décalée. Idée renforcée par des rajouts de l’auteur comme ces papillons multicolores qui s’échappent de leur vagin ou de leur cul comme une vision poétique et un peu désuète de la sexualité.

Comme dit plus haut, malheureusement, le reste du dessin ne suit pas. Mais alors que le premier tome paraissait bâclé, avec une colorisation grossière et des traits peu maitrisés, on est ici dans un travail plus accompli. L’auteur a fait le choix de laisser la part belle aux crayonnés, ce qui confère plus de vie à son dessin que de grands aplats faits sur ordinateur. Ainsi les hommes et les femmes ont plus de mouvement et s’il y a parfois un manque de finesse, la dynamique de l’ensemble est tout à fait convaincante. Ikna prend plus de risques dans ses plans et dans son dessin et cela s’avère payant.

Au niveau du scénario également il y a des améliorations. On reste sur le même
A la recherche de la queue idéale

 

format court, cinq historiettes sans aucun lien apparent, et toujours un trait d’humour qui reste la marque de fabrique de l’auteur, mais dans un style plus direct. Ikna prend moins de gants, tout en restant assez gentil. Notamment cette jeune fille qui lors d’un gang bang découvre « la queue idéale », mais aveuglée par un éjaculat impromptu, elle devra alors entreprendre une longue quête au travers d’un manoir qui semble sans fin pour atteindre son but. Elle découvrira alors que les jolies filles aussi peuvent être pourvues de membres impressionnants…

Les personnages sont assez touchants. Avec un côté mignon et enfantin, comme un plaisir constant des situations graveleuses dans lesquelles ils se trouvent et une gourmandise de l’instant qui est transmise au lecteur.  Ils s’amusent, prennent plaisir et partagent en même temps une complicité amoureuse de chaque instant.

 

Il ne s’agit pas d’une œuvre majeure de la littérature érotique mais si Ikna continue sa ronde des saisons et s’améliore à chacune, on risque d’arriver à un bel hiver…

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse