Le Lombard : Isabellae et Le chant du cygne

/ Critique - écrit par plienard, le 08/09/2014

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Une fille rousse et des poilus : le mois d'aout du Lombard nous a plus que surpris

Isabellae, tome 3 – note 7/10

"Isabellae a les cheveux rouges" auraient pu nous chanter les inconnus à la lecture de cette série. Mi-japonaise, mi-irlandaise, Isabellae la rousse cherche à retrouver sa sœur Siuko. Et cette quête se fait de plus en plus urgente depuis qu’un de ses compagnons, le jeune Jinku s’est fait mordre par un zombie. Sa sœur est en effet douée de pouvoirs puissants hérités de sa mère et elle la seule capable de le sauver. 


DR.

Ce troisième et dernier album d’un premier cycle clôt la quête d’identité de la belle Isabellae. Elle va y trouver des réponses et un destin. Son groupe va aussi s’agrandir avec le dangereux meurtrier chinois Quiang Heng.

Album mélangeant l’exotisme japonais avec la tradition irlandaise et inversement, le lecteur se régale. Les auteurs espagnols, Raule et Gabor, respectivement au scénario et au dessin, ont choisi le rouge comme couleur dominante ce qui offre une atmosphère tout à fait étonnante Les personnages sont en tout point intéressants et les nouveaux venus, Quiang Heng et Siuko, apportent une pincée supplémentaire de mystérieux. Si des personnages apparaissent, l’action est aussi au rendez-vous avec des combats enlevés et aériens, en particulier contre le garde du corps de Siuko.

 

Le chant du cygne, tome 1 – note 6/10

La prestigieuse collection Signé du Lombard, qui fête ses 25 ans cette année, accueille trois nouvelles signatures et pas des moindres. Xavier Dorison est l’un des scénaristes les plus doués de sa génération. Révélé avec le Troisième testament, il a aussi à son actif des séries comme SanctuaireLong John Silver, W.E.S.T., Asgard, HSE ...


DR.

Emmanuel Herzet est un fidèle du Lombard. Duelliste, Centaures, la Branche Lincoln, ou encore Narcos et Alpha premières armes en sont la preuve.

Cédric Babouche est peut-être l’inconnu du trio, dans le monde de la bande dessinée en tout cas. Ayant débuté une carrière dans l’animation, il travaille actuellement à l’adaptation d’Ernest et Célestine en série TV. Il signe ici sa première BD, dans la collection Signé, c’est un beau début !

Nous sommes en 2014 et nous fêtons le centenaire du début de la grande guerre. Bon nombres d’ouvrages et de bandes dessinées fleurissent donc sur ce thème. Il en est question ici. C’est le récit d’une compagnie qui se mutine pour ramener une pétition de plus de 3000 signatures dénonçant les choix absurdes de l’état major ainsi que leurs mensonges sur le moral des hommes sur le front.

Un récit pas comme les autres sur la Der des Der, assez haletant, avec beaucoup d’énergie, assez plaisant et qui dénote des histoires habituelles par son traitement graphique. Le dessinateur a l’animation dans le sang et on le voit. Ce parti pris graphique est assumé par les auteurs, mais nuit à la dramaturgie habituelle qu’on accorde à de tel récit. On adhère ou pas. On peut cependant affirmer que le dessin est de très bonne qualité et les couleurs en aquarelle sont envoutantes. Encore une fois, là où on a l’habitude d’avoir des récits sombres et gris, on a des couleurs chaudes et claires. Une façon de voir cette guerre autrement.

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse