ATTENTION : CONTENU RESERVE A UN PUBLIC AVERTI

Les images et textes à caractère érotique, pornographique ou violent contenus dans cette page peuvent choquer certaines sensibilités. En consultant cette page, vous attestez être majeur au regard de la loi française et vous prenez vos responsabilités par rapport à son contenu.

CONSULTER QUITTER

9/10Wonderland - Volume 1 - Retour au Pays des Merveilles

/ Critique - écrit par Maixent, le 16/09/2018
Notre verdict : 9/10 - Entre dans la folie (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Un pays pas si merveilleux...

Alice a bien grandi depuis sa dernière visite au Pays des Merveilles. Maintenant mariée et mère de deux enfants, elle aurait tout pour être heureuse dans sa petite ville américaine. Mais on ne traverse pas le miroir sans conséquences, le verre coupe et les blessures sont réelles. Diagnostiquée comme schizophrène paranoïde à tendance catatonique, sa vie d’adulte n’est qu’une longue descente vers la folie et elle n’est plus raccrochée à la réalité que par son lapin blanc qu’elle garde toujours près d’elle. Caroll Ann Lidle, sa fille adolescente, va elle aussi découvrir Wonderland, mais à l’instar de sa mère, le Pays des Merveilles a bien changé…


Alice et son lapin

 

Retraçant exactement le même parcours qu’Alice en son temps (ce qui permet au lecteur de suivre aisément un chemin connu et d’en faire ressortir les différences), elle va rencontrer les même personnages. Mais ce pays, autrefois bucolique, obéissant à sa propre logique certes absurde mais fascinante, traversé d’une douce folie, est maintenant putréfié, hanté par une folie meurtrière et l’horreur pure. Tweedle Dee, Tweedle Dum et le morse chantant du dessin animé ont été sauvagement assassinés par le charpentier, tandis que le chat de Cheshire est un monstre assoiffé de sang, traquant sa proie tel un loup garou affamé. Et on ne parlera même pas du Chapelier qui est passé de fou à psychotique et tentera de violer la petite Calie. On l’aura compris, tous ont sombré dans un monde cauchemardesque empreint de sang et de violence. En parallèle, on se rendra compte que cette même folie furieuse est équivalente dans le monde réel, les deux mondes étant liés. Alice réussira à se pendre, et son fils, tenant son père pour responsable, l’égorgera avec un couteau de cuisine.
Massacre à Wonderland

 

On apprendra également dans ce tome les raisons de l’existence de Wonderland, univers parallèle au notre dont il est le reflet, nécessitant un sacrifice pour préserver notre monde de la folie depuis la nuit des temps. Mais la folie des hommes s’est tellement développée que Wonderland ne peut plus la contenir et s’est lui même gangréné. L’aspect néfaste se déverse parfois sur notre monde, le plongeant dans l’horreur des guerres, des massacres ou de la monstruosité personnelle, les mondes fonctionnant sur le principe des vases communicants. Le tribut sera finalement payé à la fin de l’album et quelqu’un sera sacrifié, mais cela sera-t-il assez pour rétablir l’équilibre ? L’orpheline sera-t-elle contrainte de retourner en ce monde détestable dans les trois tomes à venir?


Le chapelier fou... de luxure

 

Nourri de références pop culture horrifiques comme L’Antre de la folie de Stephen King ou Poltergeist, l’album convoque notre plus grande peur, celle qui est issue de soi-même, devenir fou. La réflexion psychanalytique en sous-texte parcours l’ensemble de l’album et pose la question de savoir ce que veut dire « être sain d’esprit ». On est tout de suite attiré dans ce terrier nauséabond qui nous ramène à notre condition fragile où le basculement est toujours possible. Le très bon dessin, à la fois sexy et franchement trash met en lumière sans fausse pudeur ces cauchemars qui nous hantent ; ces rêves sanguinolents desquels on se réveille trempé de sueur en étant terrorisé non pas par les images en elles-même mais par notre capacité à les produire.

Une excellente série qui détruira notre enfance encore un peu plus. Bienvenue dans ce Merveilleux Enfer.

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse