ATTENTION : CONTENU RESERVE A UN PUBLIC AVERTI

Les images et textes à caractère érotique, pornographique ou violent contenus dans cette page peuvent choquer certaines sensibilités. En consultant cette page, vous attestez être majeur au regard de la loi française et vous prenez vos responsabilités par rapport à son contenu.

CONSULTER QUITTER

8.5/10Orgies barbares - tome 6

/ Critique - écrit par Maixent, le 14/07/2019
Notre verdict : 8.5/10 - Le barbare est là (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Déjà le tome six des Orgies Barbares. Comme le temps passe vite lorsque l'on est en bonne compagnie et toujours bien accueilli. Nos héroïnes ne se départissent pas de leur sens inné de l'hospitalité comme le prouve cette couverture avenante et ce sourire charmeur.

Comme dans chaque album où l'on se concentre sur quelques-uns des personnages de cette vaste galerie, nous entrerons dans l'intimité de Shaya, accompagnée de la fidèle mais un peu cruche, Laïs et de Yasmine, toujours au service de la sévère sorcière Eris, soutenue dans ses tâches par sa nièce Ianira 
Jeunesse d'aujourd'hui

 

Yasmine, toujours aussi maladroite et dévergondée a su, par son charme naïf, faire de la cruelle Ianira une alliée de choix, compagne de débauche et de perversion. On le voit bien d'ailleurs lorsque Merlin, flanqué de son apprenti vient rendre visite à Eris, laissant les trois jeunes faire connaissance. Un sort maladroit les contraignant à la nudité, et quand un garçon et deux filles sont nus il y a plus de trois possibilités, très bien rendues en image. D'autres situations improbables, toujours traitées avec humour pousseront Yasmine à se donner toujours plus. Que ce soit en éternuant par mégarde sur de la poudre de fée aphrodisiaque en compagnie d'un marchand de magie et de son monstrueux troll sodomite ou en se faisant duper par une usurpatrice ayant pris l'apparence de sa maîtresse et convoquant une succube démoniaque pour une nuit inoubliable

 
Succomber à la succube

 

Quant à Laïs et Shaya, si elles sont moins présentes dans l'album, elles vivront malgré elle un mix de Boucle d'Or et les trois ours combiné au Grand méchant Loup du Petit Chaperon Rouge mais trouveront toujours une solution pour payer leur repas malgré leur absence de moyens.
Finir en prison

 

En poursuivant avec la même recette délicieuse, ce sixième tome est toujours un plaisir de lecture. Des monstres luxurieux, des femmes aux mœurs légères, enjouées et maîtresses de leur plaisir, juste ce qu'il faut de vaudeville et d'humour et un dessin splendide, faussement naïf. Des corps qui emplissent toutes les cases et exultent avec une recherche de chaque instant dans le choix des points des vues. Et si tout ça n'est que la continuité des tomes précédents, la nouveauté, c'est l'incursion à deux reprises dans le monde contemporain. Un magicien qui s'est enfui à travers un portail et a fini dans une cabine d'essayage pour dames où il se sent très à l'aise et Yasmine, toujours maladroite qui se retrouve catapultée à notre époque et, pour se dépêtrer des policiers qui l'ont arrêté, fera ce qu'elle sait faire de mieux, tant il est vrai que peu importe les époques ou les dimensions, la sexualité reste au centre des préoccupations.

Toujours un très bon album, beau, excitant, drôle, bien réalisé, bien écrit et avec des dialogues truculents. Pourquoi s'arrêter en si bon chemin... On attend la suite avec autant d'impatience que les précédents.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse