7/10Wilderness

/ Critique - écrit par plienard, le 24/08/2020
Notre verdict : 7/10 - Sauvage !

Temps de lecture estimé de l'article : 1 minute(s) - laisser un commentaire

Ozanam et Bandini ont adapté le roman de Lance Weller, Wilderness, aux éditions Soleil. Un récit âpre dans lequel un viel ermite part sur les traces de son passé qui le hante.

Abel Truman vit seul, retiré du monde, désespéré par la guerre de Sécession et la mort de sa femme et de son bébé. Il n'a pour unique compagnie que son vieux chien. Il décide de retourner sur les lieux des combats qu'il a vécu. Mais il rencontre en chemin deux hommes qui s'en prennent à lui, le laissent pour mort et s'emparent de son chien. Il va alors se mettre à leur recherche, bien décidé à retrouver son unique compagnon.


© Soleil 2020.

 Découpé en chapitre, ce roman graphique exprime la rudesse et la violence d'un monde. Et pourtant, Abel vit au milieu des bois, loin de la société. Nous sommes en 1899 et on a ainsi l'impression qu'il n'y a rien de bon dans ce monde. Tout va de mal en pis pour le personnage, hanté par ses démons. Cependant, Abel ne lâche pas.

Un dessin confondant de rudesse et de justesse dans les actions. On a cependant parfois du mal à déterminer le passé du présent dans la narration.

Un récit qui demande de l'attention, mais qui réussit à bouleverser le lecteur quand celui-ci parvient à s'imprégner de l'univers qui lui est présenté.

 


© Soleil 2020.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse