8/10Vidocq - tome 1 - Le Suicidé de Notre-Dame

/ Critique - écrit par plienard, le 23/02/2015
Notre verdict : 8/10 - Histoire de France

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Eugène-François Vidocq est un homme qui suscite l’intérêt et déchaîne les passions de tout temps. Forçat, chef de la police, détective ; il a marqué son temps par son charisme, ses méthodes efficaces et son sens du marketing. Il a toujours su se vendre et de son vivant, ses histoires se vendaient déjà comme des petits pains. Le mythe perdure de nos jours et on ne compte plus les apparitions de notre homme dans les différents médias. Dernier exemple connu : Assassin’s Creed Unity où un jeune Vidocq donnait au héros des enquêtes à réaliser dans Paris. La bande dessinée n’est pas en reste et Soleil publie une nouvelle série intitulé sobrement Vidocq.

Dans cet album, nous découvrons un Vidocq à la tête de sa brigade de la sûreté et dont les résultats sont sans appel. Cependant, les autres policiers n’apprécient pas du tout de voir cet ancien forçat recueillir autant de lauriers. Surtout que notre homme s’est constitué une équipe d’ancien malfrat pour accomplir ses exploits. Ainsi, son principal opposant Javert va tout faire pour pourrir la vie de Vidocq. A commencer par ruiner son sommeil pour l’envoyer sur une enquête en apparence insignifiante. Mais la vérité est plus complexe qu’il n’y paraît et Vidocq va démêler un sacré paquet de nœud. L’enquête est riche en rebondissement et on est littéralement séduit par le rythme de l’enquête. Certes, le héros a quasiment toutes les qualités du monde et cela peut agacer mais cela est relativement compensé par ses sbires qui ont une personnalité attachante.

Graphiquement, Vidocq est accrocheur. Dessin dynamique et sens du détail sont l’apanage de cette série. Cependant, les bâtiments parisiens sont parfois détaillés à l’excès et cela peut nuire au rythme de l’action comme lors d’une course poursuite proche de l’arc de triomphe. Néanmoins, nous n’allons pas bouder notre plaisir et ce ne sont pas la nouvelle recrue ou Javert, qui dans leur classicisme vont nous empêcher d’apprécier cette nouvelle série où le personnage principal et le scénario sont de qualité.


©Soleil édition 2015.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse