Les Terres d'Arran : Elfes, Nains, Orcs & Gobelins

/ Critique - écrit par plienard, le 15/12/2020

Temps de lecture estimé de l'article : 5 minute(s) - laisser un commentaire

Deux elfes, un nain et un orc sont sur un bateau. Qui tombe à l'eau ?

Ce sont des histoires d'elfes, de nains et d'orcs. Trois races qui vivent sur les Terres d'Arran dans une harmonie plus ou moins heureuse. Ils s'appellent Alyana, Lea'Saa, Tadgar ou encore Dunnrak et leurs aventures nous sont contées aux éditions Soleil dans quatre albums distincts. Alors qui s'en tire le mieux ?.

On serait tenté de dire les Elfes. La première est jeune, et surtout elle est considérée comme la plus puissante des elfes blancs. Elle a combattu Lah'saa, les géants mais a aussi provoqué un immense raz-de-marée qui a fait des milliers de morts. Elle a gagné sa place au sein du conseil des sages mais on se méfie d'elle. Et la moindre de ses faiblesses sera utilisée. Accompagnée de l'orc La Poisse, elle va se mettre à la recherche d'artefacts cachés par les elfes blancs. Mais ce dont elle ne se doutait pas, c'est qu'elle partirait aussi sur les traces de ses origines et de ses ancêtres.


Ellfes T28 - © Soleil 2020.

 

Un superbe album dessiné d'une main de maître par Stéphane Bileau sur un scénario d'Olivier Péru. Les deux auteurs poursuivent le développement de leur personnage Alyana. Un personnage trop fort, trop jeune qui attise la crainte de ceux qui ont le pouvoir.

Les elfes sont plutôt froids et austères. Ne serait-ce pas plutôt le Nain Tadgar qui fait figure de favori sur les quatre albums ?

Mais on démarre déjà sur une imposture. Tadgar tient le rôle-titre, mais en aucune manière il n'est seul dans ce dix-neuvième tome de la série Nains. Il constitue le cinquième élément d'une équipe de pieds-nickelés, et dont il est le meneur. Mais s'il en est le meneur c'est toujours pour les mettre dans des situations impossibles.  Ce sont des hors-la-loi pour lesquels il passerait pour le futé, où Lygdr serait la ténébreuse, Damn une séductrice, Wal un fou furieux et Akab un vieux prêtre. Leur préoccupation est de faire le meilleur profit et peu importe les conséquences. Pour cette fois, ils apportent les os d'un légendaire alchimiste à un nécromancien en échange d'une gemme qu'ils vont revendre à un elfe blanc. Tout va bien se passer jusqu'à ce que ...


Nains T19 - © Soleil 2020.

 

Un album qui se démarque des autres pour plusieurs raisons. Comme je l'ai si bien dit précédemment il ne s'agit pas d'un album sur un nain en particulier, mais sur une équipe de cinq barjots. Ensuite, on ne nous raconte pas leur biographie sur plusieurs années. On va les suivre dans leurs mésaventures du moment. Pour celles d'avant ou celles d'après, il faudra peut-être attendre d'autres albums. Enfin, la série Nains n'est pas réputée pour être foncièrement drôle. La vie de ses petits bonhommes est plutôt rude voire violente. Or, ici, l'ambiance est vraiment toute autre. On reste dans l'univers des terres d'Arran avec des mages, des elfes et des Orcs qui se haïssent, se battent, se tuent. Mais les auteurs ont voulu y mettre de l'humour avec ces cinq déglingués qui prennent un malin plaisir à ce mettre dans les ennuis.

Les auteurs de cette réussite originale sont Nicolas Jarry (scénario) et Jean-Paul Bordier qui officient sur la famille des Errants depuis le début.

Mais les Orcs ne s'en laissent pas compter. Et dans l'originalité, Dunnrak se pose en fer de lance. Pensez donc : un orc qui n'aime pas se battre et préfère la solitude et la pêche ! Si ça continue, les Orcs vont devenir plus sympathique que les elfes. Mais en même temps, chassez le naturel, il revient au galop. Et celui d'un orc n'est pas de pêcher ! Et c'est contraint et forcé qu'il va devoir montrer qu'il est un orc comme les autres. Et quand on pêche, on est susceptible de trouver un bijou qui vous rend envieux. Demandez à Smeagol (Gollum), il confirmera. Et bien, Dunnrak a, lui, trouvé une pierre qui a le pouvoir de prédire la mort et dont il ne peut plus se passer. La pierre semble l'avoir choisi. Et dès qu'il s'en débarrasse, il finit toujours la retrouver sur son chemin.


Orcs &Gobelins T10 - © Soleil 2020.

 

Un destin fascinant sur un dessin d'Alex Sierra qui ne l'est pas moins. Des cases riches de détails, des pages au découpage nerveux, pour un personnage pas comme les autres, capable de séduire une humaine, et de s'attaquer à un cartel de trafiquants de drogue. Serait-il un héros positif ? Il ne faut quand même pas exagérer ! Une histoire signée par le prolifique scénariste Jean-Luc Istin.

Et c'est encore une elfe qui vient terminer cet article. Un vingt-neuvième tome qui ouvre la voie à un univers toujours plus riche. Vous pensiez que les Terres d'Arran étaient uniques. C'est faire fi de l'imagination de scénaristes comme Jean-Luc Istin qui va nous emmenez ni plus ni moins avec une nouvelles race d'elfes, les rouges, sur de nouvelles terres, les Terres d'Ogon. Et oui, on commençait à tourner en rond avec les Terres d'Arran, vous ne trouvez pas ?


Elfes T29 - © Soleil 2020.

 

Lea'Saa et Feda'saa ont eu des jumeaux. Mais ils sont les seuls représentants de leur espèce, les elfes rouges. Cette race est-elle vouée à disparaître ? Peut-être pas. Il y a dans l'Est un passage qui mène à des terres inconnues et desquelles des légendes circulent sur des immortels à la peau rouge.

Au dessin de cet album, un italien, Giovanni Lorusso, qui a déjà collaboré avec Olivier Péru sur des séries comme Médicis (T1), ou Orcs & Gobelins (T8). La référence de ces deux séries place déjà le dessinateur dans la cour des tout bons ! Son album respire l'esprit de Dune ou encore de Mad Max dans un univers de savane africaine. Car les Terres d'Ogon sont réellement un changement d'univers. On n'est plus totalement dans la fantasy. En passant le mur d'Ar'Theker, les personnages changent de monde. Une fantastique bouffée d'air frais.

 


Les couvertures des 4 albums - © Soleil 2020.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse