Soleil : Spider T2, Trolls de Troy T25, Aspic T8

/ Critique - écrit par plienard, le 11/05/2021

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Spider - Tome 2 : Wonderland - note : 6,5/10

Suite et fin du diptyque de Christophe Bec et Giles Daoust dans lequel une nouvelle drogue sème la désolation dans les rue de Détroit. Elle se nomme Spider et est addictive dès la première dose. L'agent Dubowski arrive à s'infiltrer dans le réseau. Mais elle va devoir s'investir au delà du raisonnable, jusqu'à un point de non-retour ?

Un histoire sombre et glauque à souhait, dessinée par le talentueux Stefano Raffaele. Une histoire à faire frémir, profondément pessimiste, qui n'est pas sans rappeler l'atmosphère du film Seven.

Si les araignées vous foutent les jetons, cette histoire ne résoudra pas votre problème.

 

Aspic, détectives de l'étrange - Tome 8 : Trois petits tours et puis s'en vont - note : 6.5/10

Toutes les bonnes histoires ont une fin, et celle d'Aspic prend forme avec ce huitième tome de Thierry Gloris et Emmanuel Despujol au dessin depuis le tome 5.


© Soleil 2021.

 

Flora enquête maintenant sur la famille et le décès mystérieux de sa mère, réincarnée dans une momie bavarde. Mais l'enquêtrice est en froid avec ses sœurs et son père depuis qu'elle a appris que la fortune de la famille s'est faite par le commerce triangulaire. Hugo va la seconder et l'emmener dans des endroits inattendus.

Enquête policière à la sauce belle époque et fantastique sont les ingrédients de cette série rendue sympathique par ses personnages.

 

Trolls de Troy - Tome 25 : On ne badine pas avec les mouches - note : 7,5/10

L'amour rend aveugle, c'est l'expression communément utilisée pour parler d'un mariage hétéroclite, comme entre un magicien et une trolle, comme entre le vénérable Rysta Fuquatou et la trolle Puitepée.


© Soleil 2021.

 

Mais dans le monde magique de Troy, c'est bel et la bien la magie qui rend aveugle. Et c'est même un filtre d'amour, dans un complot qui vise à se débarrasser du vénérable Fuquatou.

Christophe Arleston ne manque pas d'imagination et s'alimente des vicissitudes de nos sociétés pour les retranscrire dans son univers troyen. Le dessinateur Jean-Louis Mourier est toujours aussi génial et drôle.

 


Les couvertures des 3 albums - © Soleil 2021.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse