Soleil : Samuraï T11, Wunderwaffen T11, Stonehenge T2, Prométhée T15

/ Critique - écrit par plienard, le 27/07/2017

Temps de lecture estimé de l'article : 4 minute(s) - laisser un commentaire

Wunderwaffen - Tome 11 : L'ombre du Wewelsburg - note : 7/10

Les nazis ramènent l'extraterrestre au château de Wewelsburg. Son arme, surnommée Thor, doit arriver dans quelques jours. Mais le sous-marin qui la transporte rencontre un bateau et un avion ennemi. Rien de bien sérieux pour la puissance de feu de Thor.


© Soleil 2017.

 
La pression monte de plus en plus dans ce tome. Les nazis ont entre leur main l'arme la plus puissante qui soit. Cela fait frémir. Les alliés semblaient déjà bien impuissants face aux wunderwaffen, alors face à Thor on se demande comment ils pourront s'en sortir. Reste que les desseins du visiteur ne sont pas très clairs non plus et on s'interoge sur l'utilité de son alliance avec les nazis.
Dans ce onzième tome, il reste quand même un petit plaisir, celui de voir que Hitler et Himmler qui ne sont finalement que des pantins et semblent particulièrement impuissants face au pouvoir du visiteur. Ils jouent avec le feu et devraient bientôt se brûler.


Prométhée - Tome 15 : Le village - note : 7,5/10

La saga Prométhée continue alors que les Aliens ont décimé la population humaine sur Terre. Il reste cependant quelques survivants qui cherchent à s'organiser et à se rassembler. Dans les autres périodes de l'histoire, on est en plein dans les interrogations (XIXème siècle) ou les préparatifs à la guerre (en Grèce).


© Soleil 2017.

 
Christophe Bec joue avec les différents espace-temps pour une intrigue qui devient de plus en plus complexe. Pas moins de quatre périodes sont en cours : - 416 avant JC, en 2019 après l'attaque alien, en 1838 après le crash d'un vaisseau extraterrestre et en 1959 dans la fameuse zone 51.
Le scénariste mène de front plusieurs intrigues et Stefano Raffaele les met en images à sa manière cinématographique. Les albums s'enchaînent mais on ne semble pas beaucoup progresser. Nos personnages ne seraient-ils pas tomber dans une boucle temporelle ?

 

Stonehenge - Tome 2 : Vortimer - note : 7/10

Des tribus bretonnes et des saxonnes, une épée magique qui doit toutes les réunir, un vieux sorcier, une jeune sorcière, tout cela fleure bon les légendes arthuriennes. Et c'est Éric Corbeyran, l'auteur du chant des stryges ou de Zodiaque qui s'y attaque.


© Soleil 2017.

 
C'est peu de le dire mais le sujet a déjà fait l'objet de nombreuses adaptations. Mais on s'y laisse prendre encore une fois. Et le dessin d'Ugo Pinson n'y est sans doute pas pour rien. Avec des dessins fait à la peinture, précis et d'une grande qualité, il donne une ambiance toute particulière et innovante.
Le scénario de Corbeyran est quant à lui suffisamment clair pour ne pas nous perdre dans  les innombrables personnages et luttes de pouvoir.
On peut clairement affirmer que c'est une bonne série qui débute bien.

 

Samuraï - Tome 11 : Le sabre et le lotus - note : 7,5/10

  1. C'est un véritable univers que Jean-François Di Giorgio invente pour le plus grand plaisir des fans et des amoureux de la culture japonaise et des samouraïs.

  2. © Soleil 2017.

     Le scénariste mène de front pas moins de trois séries. La série principale Samuraï (11 tomes à ce jour) et deux spin-off (Samuraï origines sur la jeunesse de Takéo avec le premier tome dès la rentrée 2017 et Samuraï légendes avec quatre tomes à ce jour sur des personnages clés de la série).
    Dans le onzième tome de Samuraï, Takéo retrouve un ancien amour de jeunesse, la jeune Sekiyo dont le fiancé a mystérieusement disparu. Cela a-t-il un rapport avec la tentative d'enlèvement de la princesse Omi du clan Haji et promise au fils du shôgun Kusakake ?
    Honneur, guerre de clan, petites omissions pour ne pas inquiéter son réel amour Sayuri, Takéo doit affronter de nouvelles épreuves qui vont mettre en péril le havre de paix qu'il semblait avoir trouvé.
    Encore un bel album que Frédéric Genêt gratifie de son coup de crayon énergique, précis et sexy comme il se doit. Dans ce cycle qui ne fait que démarrer, le personnage du moine offre une soupape de décompression au récit parfois violent et trop sérieux.


  3. Les couvertures des 4 albums - © Soleil 2017.

     

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse