Soleil : Olympus mons T3, Je suis un autre, Une génération française T4

/ Critique - écrit par plienard, le 31/01/2018

Temps de lecture estimé de l'article : 4 minute(s) - laisser un commentaire

Après la pause Angoulême, on reprend une activité normale avec trois albums chez Soleil avec deux suites de séries et le premier roman graphique de Rodolphe.

Une génération française -Tome 4 : - note : 7/10

On retrouve notre antimilitariste Martin Favre totalement métamorphosé au début de ce quatrième tome d'Une génération française aux éditions Soleil. On y suit trois personnages aux choix de vie différents : Martin Favre, sa sœur cadette Zoé et le lieutenant Tanguy Brettin D'Arçonnet. Et chaque album est dédié à un personnage.


© Soleil 2018.

 On retrouve donc Martin pour la seconde fois. Ancien étudiant, plutôt insouciant et volage, Martin avait pris le début de la guerre avec beaucoup de nonchalance, comme beaucoup de ses compatriotes. Le retour à la réalité va être brutal et la prise de conscience radicale. Bien qu'antimilitariste, Martin va alors s'engager pleinement dans le conflit et choisir son camp, celui de la France libre. Après avoir quitté Dunkerque avec les moyens que l'on sait (je vous invite à voir le film Dunkerque de Christopher Nolan), il décide de suivre De Gaulle. Il va ainsi former les futurs soldats de l'armée de la France libre et suivre Leclerc jusqu'en Afrique. C'est de là que la France va renaitre.

Thierry Gloris offre un récit historique sur un épisode de la guerre plutôt peu traité, celui de l'épopée de Leclerc en Afrique. Un épisode peu connu qui montre les difficultés et les cas de conscience auxquels les nouveaux dirigeants sont soumis : se battre contre l'armée de Pétain, c'est se battre contre des Français. Comment faire renaitre la France en tuant des Français ?

Le dessinateur attitré des tomes 1 et 4, Eduardo Ocaña, offre un dessin efficace et sûr au fil des pages. Un réel plaisir à lire.

 

JE SUIS UN AUTRE - note : 7,5/10

Cet album aux éditions Soleil est un roman graphique et est une première pour le scénariste Rodolphe. L'auteur de A la vie à la mort (deux tomes avec Séjourné chez Soleil) signe en effet son premier roman graphique et sans vouloir être trop pompeux, ce fut un pur plaisir parfois déstabilisant.

 
© Soleil 2018.

 Peppo et son frère Sylvio passent leurs vacances sur une île de Méditerranée. Ils en profitent pour pêcher et mater les filles sur la plage. Un jour, une villa généralement vide, est investie par une artiste-peintre. Peppo tombe amoureux de la jeune femme ce qui ne plait pas du tout à son frère. Peppo vit son histoire d'amour qui finit par un drame : il retrouve le corps de la jeune femme assassinée avec un couteau. Le coupable est évident et tout trouvé : son frère. À un détail près. Il est mort depuis deux ans.

Pour sa première, Rodolphe offre une histoire qui pourrait paraître convenue au premier abord mais qui offre quelques moments intéressants. En premier lieu, l'histoire se déroule sans jamais apporter de jugement, qu'il soit positif ou négatif. Une simple description des faits et des événements que le lecteur se voit en charge de gérer. La liaison entre cette femme peintre et ce jeune adolescent est-elle convenable ? Faut-il laisser Peppo libre alors qu'on se doute qu'il est coupable ? Est-il réellement coupable ? Car on sent la schizophrénie présente chez lui et que les auteurs traitent avec  justesse. Les auteurs ? Et oui, si Rodolphe est au scénario, Laurent Gnoni est au dessin de ce roman graphique. Un coup de crayon personnel mais efficace avec un découpage et une mise en case qui sait nous surprendre.

 

OLYMPUS MONS - Tome 3 : Hangar 754 - note : 7,5/10

Si à première vue, cette nouvelle série de Christophe Bec et Stefano Raffaele ressemble à s'y méprendre à Prométhée (16 albums, série en cours chez Soleil), celle-ci s'inspire de faits réels. Quoi ! Me direz-vous. Et oui ! Vous répondrais-je. (je suis très en verve aujourd'hui, vous l'aurez compris).


© Soleil 2018.

 En effet, pour ceux qui ne le sauraient pas encore (comme moi), il existe réellement des anomalies dans la mer Baltique. Et il n'en faut pas plus pour une imagination débridée comme Christophe Bec pour tout de suite tricoter un canevas de science-fiction tout à fait prenant, à défaut d'être réellement plausible. Encore que seul l'avenir pourra nous le dire.

Toujours est-il que ce qui marche sur Prométhée fonctionne aussi bien ici. On est peut-être un petit moins frustré car l'intrigue avance un peu plus vite mais on a toujours plusieurs récits qui avancent en parallèle : la cosmonaute, Elena Chevtchenko, seule sur Mars qui comble de l'ironie va devenir l'unique chance de sauver la Terre ; le face à face entre forces internationales et l'équipage de l'ocean pathfinder ; les visions du médium Aaron Goodwin ; les secrets de l'armée russes (ex-soviétiques) ; et de mystérieux visiteurs de l'espace dont on ne sait pas encore s'ils sont amis ou ennemis.

Comme vous le voyez, il y a pas mal de choses à développer et le dessinateur italien, Stefano Raffaele fait preuve d'une sacrée "éloquence cinématographique" au bout de son crayon pour nous emmener dans cette belle aventure de science-fiction.


Les couvertures des 3 albums - © Soleil 2018.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse