Soleil : Nains, Tarzan et Golgotha

/ Critique - écrit par Canette Ultra, le 10/05/2021

Temps de lecture estimé de l'article : 4 minute(s) - laisser un commentaire

Tags : soleil one vol guerre tome integrale jean

Nains T19 - Tadgar des errants – 8/10

Une chose est sûre avec Jarry, c’est que les Nains sont réglés comme une horloge. Après le Temple, nous avons donc les Errants. Avec Bordier aux crayons, nous allons découvrir un nouveau venu : Tadgar.


© Soleil 2020.

 

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que n’ayant pas d’ordre (à la différence, des Forges, du Talion, du Temple…), il a donc une certaine liberté. Liberté qu’il exploite pour… Arnaquer le monde avec sa bande. Nous sommes loin des intrigues sombres habituels, des malheurs et des histoires habituelles des terres d’Arran. Tadgar et sa bande sont donc une bande de losers magnifiques qui retombent toujours de la marmite vers la poelle à frire. A chaque fois que l’on se dit qu’ils vont s’en sortir, l’un de la bande ouvre sa gueule ou une merde cosmique leur tombe dessus.

Le deal de base était un échange simple : un crâne contre des gemmes auprès d’un nécromancien. Les gemmes contre des pierres précieuses avec des elfes. Mais ensuite, c’est explosion, orc, banquet royal et déchaînement des éléments en folie. Je balance tout pêle-mêle pour mieux vous garder la surprise. En effet, ce tome a quelque chose de guignolesque mais également de grandiose. Rien n’est jamais assez fou et tout s’enchaîne avec minutie.

Cela se ressent dans les événements en eux-mêmes mais également dans les dessins qui offrent tout ce que la saga sait proposer de mieux.

Ce tome a un ton et une saveur particulière et c’est justement pour cela qu’il est génial. Certes, c’est sans grands rapports avec le reste mais c’est ce qui fait son charme. Je l’ai lu et relu et comme un bon plat mijoté, il est encore meilleur la seconde ou la troisième fois.

 

Tarzan T01 – Seigneur de la jungle – 8/10

L’homme en slip le plus connu du siècle dernier (David Beckham sera peut-être celui de ce siècle), Tarzan est de retour en BD. Le héros de Edgard Rice Burroughs a connu moults livres et il a eu le droit à la pléiade de dérivés en films, séries, comics sans compter le nombre d’émule qu’il a pu avoir. Et qui n’a jamais fait le cri de Tarzan en se jetant dans une piscine (pas moi en tout cas) ! Bref, le héros est de retour et c’est Bec qui est chargé de l’adaptation. L’homme que nous connaissons (entre autre) pour Prométhée (chez Soleil également) est accompagné ici de Subic pour les dessins.


© Soleil 2021.

 

L’histoire reprend assez fidèlement l’histoire originale à ceci près que maintenant, l’esclavage est décrié et que Jane est une femme libérée qui n’a pas peur de tenir tête à certains hommes y compris son papa (qui est finalement un bon gars). Tarzan quant à lui est comme on l’imagine et je me demande toujours où est-ce qu’il affûte son couteau où qu’il se rase… Blague à part, on voit dans ce tome toute la dureté de son enfance et la différence qui le marque des autres de sa tribu de singes. L’histoire reste toujours aussi envoûtante et les adaptations marchent bien. La fidélité globale du récit est moins mièvre que les adaptations habituelles (notamment les films).

Côté dessins, c’est plutôt intéressant. Il y a une vraie énergie qui se dégage même si je reste sceptique sur la capacité de guérison de Tarzan après certaines blessures (il n’a pas trop de marques vu ce qu’il prend). Mais globalement, c’est solide et la BD est généreuse en pages et en détails. Difficile dès lors de ne pas résister à l’appel de la Jungle !

 

Golgotha T01 – L’arène des maudits – 5/10

Bollee et Alcante se lance dans un récit en plein empire Romain et ils le font avec Breccia. Les trois hommes ont à cœur de se lancer dans un récit qui va se dérouler sur plusieurs années et le moins que l’on puisse dire, c’est que le côté « tragédie » va frapper.


© Soleil 2021.

 

Imaginez Lucius, le top du top des gladiateurs de Pompéi. Il veut faire un dernier match avant de partir en pleine gloire, d’épouser la fille d’un politique influent et de profiter enfin de la vie après être parti du fond du trou. Lucius est fort mais il commet une petite erreur et paf ! Tout s’écroule ! Comment remonter la pente ? Comment se venger ? En parallèle, on découvre un homme qui lui aussi a survécu à la crucifixion et qui ne semble pas capable de mourir. Vous mélangez tout ça et vous avez les graines pour la série Golgotha. Et en parlant de graines, il y a au milieu de tout ça, le fils caché de Lucius… Bref, de bons ingrédients en perspective mais tout ne prend pas ; Peut-être à trop vouloir en faire, on en perd l’essentiel. Peut-être qu’à trop vouloir en dissimuler pour plus tard, on loupe le sel de ce tome. La vengeance sera un peu rapide et les conséquences inconnues ou nulles… Lucius, une fois vengé, ne semble pas faire quoi que ce soit de notable… Les années se sont écoulées sans trop de saveurs…
Bref, il manque de sel dans ce plat qui s’annonçait pas mauvais. Idem pour les dessins qui vont s’avérer plutôt inconstant et où les personnages, pour la plupart, seront lambda quand ils ne seront pas en léger faux raccord.

Golgotha peut-il être sauvé ? C’est ce que certains personnages pensent. La série en a le potentiel mais cela se réalisera t’il ?  

 


Les couvertures des 3 albums - © Soleil 2021.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse