7/10Fort Boyard – Tome 1 – Les Monstres des océans

/ Critique - écrit par plienard, le 06/08/2016
Notre verdict : 7/10 - Fort BD

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Il ne manquait que la BD pour ce monument historique. Mais est-elle à la hauteur ?

Toujours plus loin, toujours plus haut, toujours plus fort ! Ce n’est pas la phrase culte de Pierre de Coubertin ou une invitation publicitaire à suivre les prochains jeux olympiques au Brésil. C’est surtout l’expression qui clôt la célèbre émission télévisée, Fort Boyard, tous les étés sur France 2. Et pour démarrer cette saison 2016, une série de bande dessinée – la série officielle ! – vient de paraître le 29 juin 2016 aux éditions Soleil.


©Soleil édition 2016.

Cinq jeunes adolescents – l’érudit Léo, le courageux Sam, l’altruiste Noa, Liz la brillante et Lou la vaillante – sont sélectionnés pour participer aux épreuves de Fort Boyard. Enthousiastes à l’idée de pouvoir récolter des fonds pour une association pour enfants malades, ils vont vite déchanter car rien ne se déroule réellement comme ils l’avaient prévu. Mais le père Fouras, lui, semble comprendre ce qu’il se passe ! Alors, il va falloir retrouver 7 clés dans un temps imparti si les 5 adolescents veulent empêcher les forces du mal d’envahir la Terre.

Une bande dessinée de Fort Boyard, j’ai doucement ricané avant de l’ouvrir. On sent déjà le plan marketing avec l’idée d’exploiter le filon au maximum. Si l’idée de faire de l’argent n’a rien de choquant en soi, cela se fait souvent au détriment d’une certaine qualité ; mais une fois n’est pas coutume et ce premier tome de mise en place des personnages a plutôt fière allure. Et l'ayant déjà soumis à la critique d’un panel de lecteurs, allant de 8 à 43 ans, l’avis est unanime : super !

Alors qu'on y retrouve les personnages du programme télévisé – le père Fouras, Blanche, Rouge, et bien sûr Passe-Partout et Passe-Muraille –, la bande des jeunes peut rappeler des souvenirs aux plus anciens lecteurs comme la patrouille des castors ou encore le Club des cinq (sans le chien). Le dessin aux allures de manga plait aux plus jeunes et le côté fantastique avec monstres et pouvoirs magiques est suffisamment bien amené pour qu’on plonge dans l’aventure sans rechigner.

Benj (Benjamin Ferré) le scénariste, Christophe Lannes et Gildas Le Roc’h, les dessinateurs, signent un premier album de belle facture qui devrait ravir les fans du jeu télévisé comme les lecteurs de bonnes BD d’aventures jeunesse.


La couverture de l'album - ©Soleil édition 2016.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse